Thief TEST PS4 13.jpg Thief TEST PS4 12.jpg Thief TEST PS4 11.jpg Thief TEST PS4 10.jpg Thief TEST PS4 09.jpg Thief TEST PS4 08.jpg Thief TEST PS4 07.jpg Thief TEST PS4 06.jpg Thief TEST PS4 05.jpg Thief TEST PS4 04.jpg Thief TEST PS4 03.jpg Thief TEST PS4 02.jpg Thief TEST PS4 01.jpg
Site partenaire callofduty
"Attendu comme le renouveau des jeux d'infiltration, ce reboot de la série « Thief » est finalement décevant. Si les bases du gameplay restent intéressantes et la réalisation visuelle spectaculaire, le profond manque de liberté peinent à convaincre."
Geek4Life
Thief

Série incontournable pour tous les amateurs d'infiltration, « Thief » nous revient avec un quatrième opus audacieux, aux allures de "reboot". L'occasion de nous immerger – en haute définition - dans univers sombre et envoutant de la saga, en compagnie de Garrett, le Maître Voleur. Avec sa recette résolument « old-school », le nouveau blockbuster d'Eidos Montréal n'aura pas de difficulté à attiser la convoitise…

Disponible depuis le 28 février 2014 sur PC et consoles (PS3 / PS4 / 360/ Xbox One), « Thief » nous immerge en plein Moyen Âge, sous les traits de Garrett, le Maître Voleur. Évoluant furtivement de toit en toit ou dans la pénombre, notre héros se retrouve au cœur d'un conflit où s'opposent les forces du sinistre Baron de la Cité et le peuple opprimé. Le tout, agrémenté par les ravages de la « Grisaille » (la peste). C'est avec ce pitch singulier que Square Enix et Eidos Montréal entendent donner un second souffle à la série. Pour le coup, ce quantième opus ne manque pas de charme. Les développeurs ont mis les petits plats dans les grands, afin de nous offrir une vaste ville en 3D en guise de terrain de jeu, couplé à des mécanismes de jeu « old-school » au grand dam des fans de « Call of Duty » et de son gameplay permissif... Avec « Thief », pour peu que vous choisissiez un niveau de difficulté intermédiaire (Voleur), le challenge sera rapidement corsé et, à la moindre erreur de jugement, la sanction tombera vous obligeant à recharger illico le dernier check-point. De quoi titiller les nostalgiques des années 90... Testé à partir de la version PlayStation4, « Thief » se révèle visuellement spectaculaire, avec des environnements intérieurs/extérieurs qui foisonnent de détails. Pour la première fois réalisée en HD, ce nouvel opus impressionne et glace le sang par son ambiance sombre et crasseuse, savamment mis en scène par les pères de « Deus Ex: Human Revolution ». Pour ce qui concerne la prise en main, le jeu est intuitif et ne pose aucune difficulté particulière dans l'exécution des différentes interactions. Après un bref tutoriel, vous serez en mesure de vous déplacer furtivement (même dans l'eau !), escalader les façades des maisons, éteindre une torche à distance - à l'aide de votre arc muni de flèches customisées - ou encore combattre au corps à corps. Les fans des précédents « Dark Project » seront immédiatement conquis par le gameplay. Celui-ci conserve une grande partie des ingrédients « old-school » qui on fait la renommée de la licence. En fonction des séquences (combat, infiltration, escalade...), le jeu alterne vues à la première personne (FPS) et d'autres plans où Garrett nous apparaît de dos ou en train d’effectuer des mouvements en slow motion. Les expéditions nocturnes du « Maitre Voleur » bénéficient, dans l'ensemble, d'une atmosphère singulière. Les capacités techniques des consoles et des PC de dernière génération y sont pour beaucoup et permettent un niveau de détail assez hallucinant. Ombres et lumières dynamiques donnent à « Thief » un rendu « next gen » fort agréable. Sympathique aussi : chaque intérieur regorge de bibelots. Les développeurs ont réussi à nous concocter des décors crédibles qui évoquent l'excellent « Dishonored» (Bethesda Softworks). Fait certain : se faufiler dans la pénombre exige un minimum d'organisation. Comme neutraliser les lumières présentes dans le périmètre. Torches et bougeoirs peuvent être éteints afin de permettre à Garrett de contourner les gardes postés en faction, ou pour les amener à quitter temporairement leur poste afin de rallumer la flamme fraîchement « arrosée » par notre voleur... Entièrement localisé en français, le soft bénéficie d'une bande-son globalement correcte, mais les voix VF ne sont pas exceptionnelles. Plus gênant, vous ne tarderez pas à réaliser que le scénario n'est clairement pas le point fort du jeu. Entre niaiseries et longueurs inutiles, l'immersion en prend pour son grade.

Un sentiment de liberté relatif...

Au fil des missions qui vous conduiront aux quatre coins de la Cité, il vous faudra perfectionner vos compétences. Focalisé sur l'infiltration, le gameplay nous invite constamment à nous faufiler – dans la plus grande discrétion – dans des zones hautement sécurisées. Pour dérober les précieux objets que convoite notre voleur, il vous faudra utiliser la ruse et l'agilité de Garrett. Malheureusement, tout n'est pas irréprochable dans ce quatrième volet... Manette en main, il est décevant de constater que la progression est dirigiste au possible ! Si, effectivement, chaque niveau dispose de plusieurs chemins pour accéder à la zone de l'objectif, « Thief » se contente du strict minimum. Pour un jeu d'infiltration, on est trop souvent cantonné à deux ou trois options stratégiques. Rien à voir avec « Hitman » (également édité par Square Enix) et son incroyable rejouabilité. Idem pour l'intelligence artificielle, capable du pire comme du meilleur , ou pour les « murs invisibles » qui nous frustrent dès lors que l'on est traqué par les gardes... Pour le coup, on a davantage l'impression de jouer à un bon vieux « FPS couloir » qu'à une simulation de voleur « réaliste ». Autres bémols : le titre est uniquement jouable en solo et la campagne s'articule autour de niveaux cloisonnés à l'extrême. À l'heure où « Grand Thief Auto V » (Rockstar) nous plonge dans un vaste monde complexe en 3D – sans temps de chargement –, ceux de « Thief » semblent interminables et plombent sérieusement le plaisir d'accéder à un nouveau quartier de la Cité. Un monde ouvert aurait été franchement bienvenu. Malgré ces (quelques) défauts, nous avons dans l'ensemble plutôt bien aimé ce reboot. Car une fois passées les premières missions qui servent clairement d'entrée en matière, l'univers – glauque et poussiéreux – ainsi que l'aspect infiltration, poussent à enchaîner mission sur mission, jusqu'au dénouement final. Avec, au total, une quinzaine d'heures pour arriver au générique de fin, « Thieif » n'est pas avare en contenu. À ce propos, avec la présence de quatre niveaux de difficulté (Loup Solitaire / Voleur / Maître et paramétrable) les amateurs de challenge auront de quoi s'occuper un bon moment. Il n’empêche : au bout du compte, « Thief », n'est clairement pas le chef-d'œuvre que nous espérions.

Geek4Life
Graphismes : 17/20

Pour son passage à la haute définition, « Thief » nous revient au mieux de sa forme avec de superbes environnements en 3D regorgeant de détails et d'effets visuels qui tirent pleinement profit des possibilités techniques de nos dernières cartes graphiques et consoles HD (PS4 / Xbox One). Textures, ombres et lumières dynamiques, reflets en temps réel... Le résultat est un vrai plaisir pour les yeux. Les environnements intérieurs/extérieurs fourmillent de détails et l'on s'émerveille, à chaque nouvelle mission, grâce à l'atmosphère unique de la saga.

Gameplay & prise en main : 11/20

Ce quatrième épisode nous a fait l'effet d'une douche froide avec sa ville segmentée par quartiers (avec d'interminables temps de chargement) et une progression dirigiste au possible ! Si tout n'est heureusement pas mauvais (les phases d'infiltration sont mémorables et l’on profite d’une bonne dose d'action et d’un univers visuel efficace), le gameplay manque cruellement de liberté. L’on peste aussi, souvent, contre l'intelligence artificielle (pas suffisamment aboutie) et les « murs invisibles ». En revanche, si vous aimez les productions old-school et les challenges corsés, « Thief » peut être un achat judicieux.

Musique et bruitages : 12/20

Si la qualité sonore est, dans l'ensemble, acceptable, la localisation française pâtit d'un sérieux contraste entre l'univers sombre de la saga et des dialogues niais et peu inspirés... La trame scénaristique est, quant à elle, décevante et figure en bonne place dans les principaux points noirs de ce reboot. À l'inverse, il est bien vu de pouvoir se renseigner en écoutant les discussions entre les gardes...

Durée de vie : 16/20

Avec une quinzaine d'heures de jeu pour boucler le scénario, « Thief » offre une durée de vie correcte. Malheureusement, Eidos Montréal fait totalement l'impasse sur le multijoueur et le level design peine à dynamiser la progression en raison d'un cruel manque de liberté. Un comble pour un jeu d'infiltration ! Forcément, cela impacte directement la rejouabilité et la motivation pour terminer l'aventure. En revanche, les amateurs de productions old-school et de challenge auront là un divertissement fort sympathique. Reste à apprécier d'être immédiatement sanctionné - par le chargement du dernier check-point -, au moindre faux pas...

Note : 14/20

Attendu comme le renouveau des jeux d'infiltration, ce reboot de la série « Thief » est finalement décevant. Si les bases du gameplay restent intéressantes et la réalisation visuelle spectaculaire, le profond manque de liberté et la trame scénaristique peinent sérieusement à convaincre. Faisant totalement l'impasse sur le multijoueur, la campagne a bien du mal à nous captiver. À l'inverse, les joueurs nostalgiques des gameplay d'antan (90) pourront y trouver leur bonheur par le côté « challenge » à contre-courant des productions « causal » et autres « Call of Duty » ultra-permissives. Si le manque de liberté n'est pas rédhibitoire pour vous, sachez que ce quatrième opus offre de bons moments pour qui aime l'univers de la saga. Bref, le bilan est mitigé.


L'avis des lecteurs :
Nous n'avons pas encore d'avis, partagez votre avis avec tous !
Pseudo :
Votre avis :
captcha* :
info utiles - Le Journal de la Next-Gen www.gamoniac.fr www.insert-coin.fr www.guglielmu.eu www.petitsjeux.fr whim.fr www.adam-et-ender.com
© 2017 Copyright "Geek4Life.fr". Tous droits réservés.
Tous les contenus du site Geek4life.fr sont protégés par les lois françaises et internationales du droit d'auteur. - Toute reproduction même pariel est interdite sans autorisation écrite du site.
- L'ensemble des marques cités et crédits photo sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs.