1403211511.jpg 1403211477.jpg 1403211457.jpg 1403211442.jpg 1403211424.jpg 1403211409.jpg
Site partenaire callofduty
"Un FPS old-school où l'on avance dans des niveaux couloirs, face à des hordes de nazis à l'intelligence artificielle douteuse, le tout saupoudré de divers bugs (scriptes qui ne se démanchent pas, freeze, etc.). Une vraie déception ! "
Geek4Life
Enemy Front

Fraîchement disponible sur PC, Playstation3 et Xbox 360, « Enemy Front » est un FPS low-cost alléchant, qui nous immerge une fois de plus dans une succession de combats épiques pendant la Seconde Guerre mondiale. S'appuyant sur la technologie du CryEngine 3, ses niveaux-couloirs bénéficient ici d'un sérieux argument commercial. Mais est-ce pour autant un bon jeu ?

Bien connu pour ses productions secondes zones, CI Games (anciennement City Interactive) nous revient aujourd'hui avec un nouveau FPS entrée de gamme : Enemy Front. Réalisé avec le CryEngine3 (le moteur de Crysis), ce nouvel exutoire nous immerge sous les traits de Robert Hawkins, un journaliste américain bloqué en territoire nazi en pleine Seconde Guerre mondiale. Mais n'allez pas imaginer multiplier les interviews et chercher à obtenir les plus beaux clichés... En effet, notre homme a préféré délaisser son appareil photo pour prendre les armes et se ranger aux côtés des résistants. C'est avec ce scénario prétexte – peu passionnant – que l'on enchaîne assauts, infiltrations, éliminations au fusil à lunette et sabotages. Si, sur le papier, ce cocktail est alléchant (et ce, d'autant plus avec l'utilisation de la technologie du CryEngine), une fois dans le feu de l'action, le bilan est nettement moins élogieux. Testé par notre rédaction à partir de la version PC, « Enemy Front » se révèle particulièrement mal optimisé pour une production distribuée par Square Enix. De fait, il nous a fallu composer avec des bugs de collision, une intelligence artificielle capricieuse (qui alterne le pire et le meilleur), une succession d’écrans noir lors des temps de chargement et même quelques ralentissements marqués malgré notre « Ge-Force GTX 770 OC » (2 Go). Bref, on est loin du sans-faute ! Surtout que s'ajoute à cela une réalisation visuelle nettement moins spectaculaire que «Crysis 2», avec des textures peu détaillées, quelques clippings et des flous artistiques pas toujours convaincants. Malgré tout, le jeu est jouable et il est certain que les problèmes précédemment cités sur PC vont rapidement être corrigés, via les patchs. De plus, si le scénario n'est vraiment pas passionnant (c'est peu dire), l'action et la mise en scène sont plutôt correctes pour ce genre de production. Dans le registre du FPS low-cost, « Enemy Front » à quelques arguments...

Exutoire low cost

Si, en début de partie, l'attirail est relativement limité : un pistolet, un fusil et un pistolet-mitrailleur, vous allez rapidement vous prendre au jeu. Malgré tout, mieux vaut avoir conscience qu'Enemy Front est un « FPS old-school » et fortement orienté « arcade ». À ce propos, quelle déception de ne pas pouvoir supprimer l'ATH. Car, en l'état, la boussole (façon Call of Duty) occupe une part très importante de l'écran. Même constat pour les icônes qui indiquent l'emplacement du prochain objectif... Dans le feu de l'action, cela manque cruellement de réalisme et nuit à l'immersion. Heureusement, une fois passée la première heure de jeu, on finit par les oublier. Mais le fait est qu’au début notre regard était obnubilé par cette satanée boussole et ses points rouges qui indiquent l'emplacement des ennemis. Côté gameplay, nous sommes en présence d'un FPS ultra-scripté. Pour preuve, pour votre première mission, il vous faudra simplement éliminer un groupe de nazis en avançant dans un couloir tout tracé. Par chance, au fil de l'aventure, le soft s'enrichit et donne même l'illusion d'offrir un vaste environnement (notamment via les champs). La variété des armes à disposition va également crescendo avec les indispensables MP-40, MG-42 et divers fusils à lunette et même un lance-roquettes. Ce qui assure une bonne dose d'adrénaline si vous accrochez au concept. Notamment lors de la mission dans l'église où il faut l'éliminer des snipers, puis faire exploser un Panzer avant de repousser des nazis qui s'engouffrent dans le bâtiment. Bien vu aussi les phases d'élimination en Bullet Time (façon « Max Payne »). Cela fait toujours son petit effet. À ce propos, vous constaterez que ces ralentis se déclenchent automatiquement lorsque vous entrez dans une pièce stratégique, renfermant un VIP ou une cible-clé pour la mission. Le Bullet Time est également présent lorsque Robert Hawkins élimine un ennemi à distance grâce à son fusil à lunette. Dans ce cas, il est carrément possible de suivre la trajectoire - de la balle du canon jusqu'à la tête de la victime -, à l'instar de « Sniper V2 » (Rebellion / 505 Games). Si, en début de partie, le jeu peine à captiver, au fil des missions « Enemy Front » parvient à donner envie de poursuivre. En revanche, la partie multijoueur est complètement ratée. Outre un level design minimaliste, on reproche une fois encore un ATH bien trop présent. Au point de cacher une partie de l'action ! En effet, entre les indications (en rouge et vert) pour indiquer qui a éliminé qui et la boussole pour se repérer dans le niveau, l'affichage est surchargé... Et comme, à la moindre faute d'inattention, votre personnage est hors de combat, vous n'avez pas fini de réapparaître. Bref, sur le marché des FPS, « Enemy Front » ne rivalise pas avec les mastodontes du secteur. Trop linéaire et daté, le soft de CI Games se présente comme un titre « seconde zone ». Dans ce registre, l'offre peut être à considérer car, effectivement, le CryEngine3 offre un rendu sympathique (bien que mal exporté). Le gameplay old-school peut aussi avoir un charme pour les néophytes et les nostalgiques et le prix (30 € au Day one) constitue également un argument. Reste qu'en l'état (Version 1.0), le résultat est risible. Dommage !

Geek4Life
Graphismes : 12/20

Bien que développé avec le CryEngine3, « Enemy Front » ne rivalise pas avec les FPS nouvelle génération. Textures datées, modélisation sommaire, clippings, flous artistiques ratés... On est loin de la démonstration technologique. Malgré tout, dans le registre des FPS low-cost, Enemy Front s'en sort pas si mal et saura séduire les moins exigeants d'entre nous. De moins si les importantes chutes de frame-rate sont rapidement corrigées. Car en l'état, on a l'impression que le héros est lesté avec du plomb !

Gameplay & prise en main : 5/20

Si l’on fait abstraction des problèmes techniques de la version PC (qui va certainement être patchée via Steam), « Enemy Front » se présente comme un FPS old-school, orienté arcade. La prise en main est intuitive et quasi-immédiate. Si le fait de progresser dans un niveau-couloir ne vous dérange pas, vous pourriez même l'apprécier. Car l'action est relativement variée : assaut, sabotage, infiltration, élimination au fusil à lunette... En revanche, nous avons pesté contre l'ATH qui limite grandement l'immersion et contre l'intelligence artificielle (aux fraises).

Musique et bruitages : 11/20

Il est particulièrement bien vu d'avoir des voix en allemand. En revanche, les cinématiques VF et les interventions de notre pseudo-journaliste sont réellement mauvaises (ce qui explique la note). Heureusement que le scénario n'est qu'un prétexte à l'action !

Durée de vie : 12/20

Outre la campagne solo qui occupe près de dix heures, « Enemy Front » propose un mode multijoueur jusqu'à douze participants. Malheureusement, ce dernier n'est pas captivant et manque de lisibilité en raison la surcharge de l'ATH. Malgré tout, la longévité est relativement correcte et le fait de le commercialiser à 30 € sur PC est bienvenu.

Note : 10/20

Attention à ne pas nous méprendre sur la nature de ce jeu. En effet, malgré l'utilisation du CryEngine3 et un pseudo côté « Call of Duty », Enemy Front ne joue pas dans la même court. Pour preuve, Square Enix (son distributeur pour la France) l'a commercialisé une trentaine d'euros dès son lancement ! De ce fait, nous sommes en présence d'un FPS certes alléchant visuellement, mais seconde zone. Et cela a été confirmé tout au long de notre test, avec un gameplay old-school où l'on avance dans des niveaux couloirs, face à des hordes de nazis à l'intelligence artificielle douteuse, le tout saupoudré de divers bugs (scripts qui ne se démanchent pas, freeze sur PC, etc.). Une vraie déception !

L'avis des lecteurs :
Nous n'avons pas encore d'avis, partagez votre avis avec tous !
Pseudo :
Votre avis :
captcha* :
info utiles - Le Journal de la Next-Gen www.gamoniac.fr www.insert-coin.fr www.guglielmu.eu www.petitsjeux.fr whim.fr www.adam-et-ender.com
© 2017 Copyright "Geek4Life.fr". Tous droits réservés.
Tous les contenus du site Geek4life.fr sont protégés par les lois françaises et internationales du droit d'auteur. - Toute reproduction même pariel est interdite sans autorisation écrite du site.
- L'ensemble des marques cités et crédits photo sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs.