ACU020.jpg ACU019.jpg ACU018.jpg ACU017.jpg ACU016.jpg ACU09.jpg ACU08.jpg ACU07.jpg ACU06.jpg ACU05.jpg ACU04.jpg ACU03.jpg ACU015.jpg ACU014.jpg ACU013.jpg ACU012.jpg ACU011.jpg ACU01.jpg
Site partenaire callofduty
"Assassin's Creed Unity est, sans conteste, l’un des meilleurs épisodes de la saga. Si vous ayez aimé les précédents volets, ce huitième opus est, sans conteste, une valeur sûre."
Geek4Life
Assassin's Creed Unity

Série culte de l'éditeur Ubisoft, "Assassin's Creed" nous revient au sommet de sa forme. Exclusivement disponible sur PlayStation4, Xbox One et PC, ce 8ème opus nous immerge dans le Paris révolutionnaire de 1789 et marque un retour aux sources fracassant. Spectaculaire et dynamique, "Assassin's Creed Unity" se révèle une valeur sûre si vous avez apprécié les précédents épisodes.

Parallèlement à "Assassin's Creed : Rogue" sorti sur PS3 et Xbox 360, et dont l'univers s'inscrit dans la continuité de l'excellent "Black Flag" (les batailles navales), "Assassin's Creed Unity" se démarque par une formidable modélisation de Paris au moment de la révolution, en 1789. Testé à partir de la version PS4, le nouveau jeu d'Ubisoft s’avère d’entrée une belle démonstration technique et artistique qui ne manque pas d'impressionner tant le résultat est spectaculaire ! Au-delà de la "simple" modélisation 3D - ultra-détaillée - de quatre kilomètres de rues, les "stakhanovistes" d'Ubisoft (répartis en dix studios) se sont énormément documentés (et cela se voit !) afin de donner littéralement "vie" à cet univers de pixels. De fait, en déambulant dans les sept quartiers de la capitale (le Louvre, les Invalides, le Quartier Latin, les Halles, la Cité, le Marais et la zone industrielle de "la Bièvre"), vous serez immédiatement bluffé en entendant des conversations crédibles entre les habitants, vous pourrez admirer la précision des détails (y compris celle des étals des commerçants), et pourrez explorer librement divers intérieurs qui flirtent avec le photoréalisme. Bâtiments et places sont reconnaissables au premier coup d’œil. A commencer par Notre Dame. La cathédrale a fait l'objet d'un soin particulier au regard de la complexité de sa structure, avec un rendu à l'écran sans égal à ce jour dans l'univers des jeux vidéo. Rien que pour la création de Notre-Dame et la reproduction de ses 140 vitraux, il a fallu 14 mois de recherches, 5000 heures de travail et 3 millions de polygones ! On apprécie également de retrouver 38 hauts-lieux reproduits à l'échelle 1:1, dont les Catacombes, l'Hôtel de Ville, la Bastille ou encore le Château de Versailles, avec la possibilité d'escalader un peu partout les façades des bâtiments avant d'explorer l'environnement depuis les toits. A ce propos, fleurissent actuellement sur Internet des vidéos qui comparent nombre des lieux modélisés dans "Unity" avec de vraies photos. Le fait est que la différence entre réel et virtuel est souvent mince ! Longtemps réclamé par les fans de la série, le nouveau terrain de jeu de l’épisode (Paris) est un pur bonheur, d'autant plus pour les joueurs de l'Hexagone qui évoluent en terrain connu. Manette en main, l'expérience est positive. A l’exception de légers cafouillages (car non-patché lors du lancement le jeu accuse de nombreux bugs !). Heureusement, nous pouvons compter sur Ubisoft pour corriger cela rapidement, via les mises à jour. Au-delà du lieu et de l'époque, "Assassin's Creed Unity" bénéficie de l'arrivée d'un nouveau personnage : Arno Dorian (né à Versailles en 1768 d'un père Français et d'un mère Autrichienne). Dans la pure tradition de la série, le jeune noble au passé sombre a choisi de rejoindre la Confrérie des Assassins et prend part, tout au long de l'aventure, à la guerre qui l’oppose aux Templiers (sur fond de vengeance et d'amour impossible avec la Belle Élise, la fille du défunt père adoptif d'Arno). Cela se traduit par une succession de missions au rythme soutenu qui alternent infiltration, éliminations furtives, cascades sur les toits et combats à l'épée. Après avoir nettement fait évoluer la série jusqu’aux batailles navales de "Black Flag", ce nouvel épisode fait marche arrière et se rapproche des fondamentaux issus du premier opus à Jérusalem. Sans être décevant, l’épisode "parisien" repose sur des mécanismes de jeu connus. En pratique, notre héros doit utiliser la "vue d'Aigle" pour identifier ses cibles, ses prochaines victimes, puis l’approche (plus ou moins furtive) avant de les éliminer. S'ajoutent à cela les fameux tas de pailles qui permettent à notre assassin de sauter de façon spectaculaire depuis les toits et divers cachettes qui l'aident à éviter les gardes. Noter qu'Assassin's Creed intègre désormais le système de report visuel (hérité de Splinter-Cell) pour marquer le dernier lieu où a été repéré Arno. Quant à l'intelligence artificielle, elle se révèle encore plus agressive.

Assassin's Creed fait sa Révolution...

La qualité des phases de combat monte également d'un cran avec d'impressionnantes passes d'armes et des mises à mort qui justifient pleinement la norme PEGI 18+. Avec pour trame de fond la Révolution de 1789, " Assassin's Creed Unity " fait passer pour "normale" la violence de la série au regard de la dureté extrême de cette période de l'Histoire de France. De la prise de la bastille à la mort de Louis XVI, "Assassin's Creed Unty" offre un déluge d'action particulièrement sanglant. D’autant plus que la guillotine est bien entendu de la partie ! Ceux qui attendent de cet épisode une parfaite reconstitution historique doivent savoir que ce n'est clairement pas l'objectif d'Ubisoft. Si l’épisode s’appuie indéniablement sur une solide documentation (notamment pour les chants, les vêtements, l’architecture....) et s’il respecte la chronologie des évènements - "Révolution de 1789", "échec de la monarchie constitutionnelle" de 1789 à 1792 et "République de la Terreur" de 1792 à 1794 -, nous sommes clairement en présence d'un jeu vidéo "grand public" qui repose sur un scénario fictif, un roman historique agrémenté de science-fiction. Pour preuve, il arrive de retrouver, entre deux missions, un background futuriste et l'Animus (la fameuse machine qui permet d'explorer la mémoire des ancêtres, via l'ADN). Reste que les historiens apprécieront certainement l'ambiance et le rendu visuel de Paris qui permet à chacun de se faire une bonne idée de l'époque même si, encore une fois, "Unity" n'a pas la prétention d'être un programme ludo-éducatif. La meilleure preuve : le temps d'une mission vous évoluerez près de la Tour Eiffel dans un Paris "alternatif". Malgré cela, notre jeune Assassin croisera la route de célébrités historiques : Danton, Robespierre, Napoléon Bonaparte, mais aussi le Marquis de Sade ou Mirabeau… Par ailleurs, et parmi les innovations majeures de ce 8ème opus, soulignons le fait d'évoluer sans temps de chargement dans les différents quartiers de la Capitale. Très appréciable. Et il en est de même lorsqu’on passe d'un environnement extérieur à l'intérieur ! Le système d'infiltration est, lui aussi, amélioré. Il est désormais possible d'évoluer à genoux et de s'appuyer contre les différentes parois pour se dissimuler. Pour le reste, Arno ressemble beaucoup aux anciens héros des précédents volets. Doté d'une formidable agilité, il s'élance contre les murs et se hisse à la force des bras jusqu'au sommet des bâtiments, pour des courses poursuites spectaculaires sur les toits de Paris. Les combats ne sont pas en reste et il est même possible d'enquêter sur des crimes avec l'aide de Vidocq. Très vite, vous réaliserez toute l'étendue du travail d'Ubisoft Montréal. Il n’est qu’à juger l’impressionnante distance d'affichage (visible depuis les toits), voir « vivre » à l’écran jusqu'à 5000 personnages et constater la remarquable qualité des effets d'ombres et de lumières. Pour le coup, Ubisoft se rapproche comme jamais des plus beaux décors du 7ème Art. Si la modélisation des visages et des cheveux n’est pas aussi réaliste que le rendu des bâtiments, les expressions faciales sont globalement convaincantes, tout comme la restitution des éclairages et des effets météo. Toujours côté technique, notre test sur la version PS4 a fait apparaître d'importants ralentissements à l'intérieur de Notre-Dame (d'où l'importance de patcher votre jeu) et, par ailleurs, une once d'alliasing, quelques rares clippings et d'infimes scintillements dans les environnements qui foisonnent de détails. A l'heure du lancement, "Unity" n'est donc pas irréprochable. Pour autant, et dans l'ensemble, il serait malvenu de grimacer ou de regretter son achat, au vu de l'extraordinaire qualité de la modélisation de Paris et le sentiment de "vie" cultivé à merveille par une ambiance révolutionnaire qui prend aux tripes dès les premières minutes de jeu. Enfin, précisons qu'à l'instar de la villa dans "Brotherhood", "Assassin's Creed Unity" s'articule autour d'un lieu stratégique pour notre héros : le café-théâtre. Au fil de l'aventure (et de vos revenus), vous pourrez peu à peu le restaurer et accéder à de nouveaux contenus. Intéressant aussi : la partie coopération renforce la campagne solo et dynamise l’expérience. Pour peu qui vous disposiez d'un Pass "PlayStationPlus" ou "Xbox Live", vous pourrez profiter de missions bonus avec vos amis. L'occasion idéale de conjuguer vos talents ! Pour conclure, il est évident qu'Assassin's Creed Unity est, avec GTA V (PS4 / Xbox One), l'un des immanquables de l'année 2014. Si vous ayez aimé les précédents volets, ce nouvel épisode est, sans conteste, une valeur sûre.

Geek4Life
Graphismes : 18/20

Comme le laissait présager les premières images et vidéos savamment distillées par Ubisoft, "Assassin's Creed Unty" est spectaculaire. La modélisation de Paris (y compris à l’intérieur des bâtiments) et la fidèle reproduction de certains monuments (dont Notre-Dame) sont très impressionnantes. Dans le cas de la version PS4, d'importants ralentissements ont été constatés à l'intérieur de la cathédrale (d'où l'importance de patcher votre jeu), une once d'alliasing, quelques rares clippings et d'infimes scintillements dans les environnements qui foisonnent de détails. A l'heure du lancement, "Unity" n'est donc pas irréprochable, mais le jeu reste extrêmement impressionnant.

Gameplay & prise en main : 17/20

Moins révolutionnaire qu'on l'espérait, "Unity" est un retour au source pour ce qui concerne le gameplay. Après nous avoir dépaysé avec "Black Flag" ce huitième opus ressemble davantage au premier épisode (2007). Il vous faudra notamment identifier vos cibles et les approcher furtivement avant de les éliminer. Certes, la recette est connue mais, revisitée à la sauce parisienne, cela ne manque pas de charme ! D’autant plus qu'Unity intègre quelques bonnes innovations, dont l'infiltration, une refonte du système de déplacement, des combats plus dynamiques, la personnalisation du héros, ainsi que le marquage de la dernière position connue des gardes. Un système hérité des derniers "Splinter Cell".

Musique et bruitages : 18/20

Clé de voûte de l'immersion, la bande-son a fait l'objet d'un grand soin. Nous retrouvons, pour notre plus grand plaisir, des musiques, bruitages et voix (VF) avec comédiens crédibles. Mises à part quelques répliques déclamées en boucle par certains personnages, dans l'ensemble l'ambiance sonore d'Assassin's Creed Unity s'inscrit dans la continuité. Précisons que la norme PEGI 18+ s'applique également à la bande-son.

Durée de vie : 18/20

Fidèle à ses habitudes, "Assassin's Creed Unity" offre un excellent rapport qualité/prix ! Entre l'exploration de l’environnement 3D, les missions principales et les quêtes secondaires (dont les enquêtes policières) vous n'avez pas fini d'arpenter les rues de Paris. Les amateurs de jeux en ligne s'en donneront à cœur joie avec les missions coopératives. Si vous avez aimez les précédents épisodes "Unity" est un immanquable.

Note : 18/20

Jeu-vidéo événement de cette fin d'année, "Assassin's Creed Unity" confirme l'indéniable talent d'Ubisoft. Après Rome, Jérusalem et, plus récemment, l'univers des pirates... c'est au cœur de la Révolution Française, en 1789, que vous prendrez part à la guerre (fictive) qui oppose les Assassins aux Templiers. Doté d'une réalisation époustouflante, ce huitième opus nous immerge - comme jamais - dans une superbe modélisation de Paris en 3D. Côté gameplay, c'est un retour aux sources réussi ! Le jeu brille par l'ajout de quelques améliorations judicieuses (infiltration, combats dynamiques, personnalisation...). Mis à part quelques défaut techniques lors du lancement (heureusement les patchs les supprimeront rapidement !), "Assassin's Creed Unity" est, sans conteste, l’un des meilleurs épisodes de la saga. Au point que le jeu est actuellement en couverture du magazine Historia !














L'avis des lecteurs :
Nous n'avons pas encore d'avis, partagez votre avis avec tous !
Pseudo :
Votre avis :
captcha* :
info utiles - Le Journal de la Next-Gen www.gamoniac.fr www.insert-coin.fr www.guglielmu.eu www.petitsjeux.fr whim.fr www.adam-et-ender.com
© 2017 Copyright "Geek4Life.fr". Tous droits réservés.
Tous les contenus du site Geek4life.fr sont protégés par les lois françaises et internationales du droit d'auteur. - Toute reproduction même pariel est interdite sans autorisation écrite du site.
- L'ensemble des marques cités et crédits photo sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs.