1422303735.jpg 1422303721.jpg 1422303709.jpg 1422303701.jpg 1422303682.jpg 1422303672.jpg 1422303566.jpg 1422303557.jpg 1422303481.jpg
Site partenaire callofduty
"En dépit d’une réalisation visuelle spectaculaire, le jeu est totalement plombé par une intelligence artificielle aux fraises et un système de pénalités horripilant."
Geek4Life
DriveClub

Premier jeu de course automobile développé spécialement pour la PS4, "DriveClub" fait une entrée remarquée. Doté de graphismes HD et de superbes vues intérieures, l'aspect visuel fait mouche, mais cela sera-t-il suffisant pour s'imposer face à une concurrence farouche ?

Initialement prévu pour accompagner le lancement de la PlayStation4 (fin 2013), "DriveClub" est finalement sortie le 8 octobre 2014. Testé par notre rédaction, ce jeu de course automobile - "exclusif" de la PS4 - nous a vite semblé décevant, au vu de ce que nous proposent les productions concurrentes (Gran Turismo 6, Forza Horizon 2, Grid Autosport, The Crew...). Si, sur le plan visuel, le jeu de Sony tient la route avec ses éclairages somptueux, un cycle jour/nuit, de fines modélisations de voitures (sous licences), des environnements globalement réalistes et de superbes vues intérieures (agrémentées de tableaux de bord qui foisonnent de détails), nous avons tout aussi rapidement constaté que tout n'est pas irréprochable dans "DriveClub". A commencer par le nombre de bolides proposé, limité à une petite cinquantaine. S'ajoutent à cela une intelligence artificielle calamiteuse, à l’agressivité déplaisante au possible et à l'origine de collisions fréquentes. Toujours concernant l'IA, on regrette un comportement irréaliste et le fait que les voitures contrôlées par l'ordinateur évoluent en fil indienne via un système de rail invisible ! Côté contenu, là encore, le jeu a du mal à s’aligner sur la concurrence. Non seulement il faut se contenter de 50 voitures, mais de (seulement) 5 environnements différents : Canada, Chili, Écosse, Inde et Norvège. Heureusement, plusieurs tracés sont proposés et il est possible d'opérer de légères personnalisations sur les bolides. Toutefois, n'espérez pas régler méticuleusement leurs performances comme dans l'illustre"Gran Turismo". Ici, vous n’avez droit qu’au stricte minimum. De toute évidence, ce maigre contenu sera certainement renforcé par la suite, via des DLC.

Sortie de route en attendant d’éventuelles rustines...

Manette en main, l'expérience est également mitigée. On retrouve un gameplay hybride, positionné entre "arcade" et "simulation" (sur le plan des contrôles) dont le seul avantage est d'être accessible à un large public. Si la sensation de vitesse est belle et bien rendez-vous, la crédibilité de la physique (rapport de masses / tenue de route) n'est pas au niveau et il faut composer avec des "murs invisibles". Idéalement, il faudrait connaître les tracés pour éviter au maximum les erreurs de pilotage et éviter de finir dans le mur au premier virage... Notez également qu'il y a un système de pénalités (agaçant au possible) qui sanctionne votre mauvaise conduite. Heureusement, tout n'est pas mauvais dans "DriveClub" ! Le mode solo occupe de nombreuses heures et l'on peut prolonger l'expérience avec l’innombrables défis additionnels à télécharger via le PSN. Concrètement, il s'agit là d'affronter des "fantômes" d'autres joueurs. Si, dans l'ensemble, de nombreux bémols viennent gâcher notre plaisir, l'immersion de la vue cockpit est excellente. De ce fait, si ces nombreux points noirs ne vous rebutent pas, nous vous recommandons d’acquérir "DriveClub" lorsqu'il sera à prix réduit. Car, en l'état (au prix fort), vous n'en aurez malheureusement pas pour votre argent. Dommage, car il y avait du potentiel !

Geek4Life
Graphismes : 16/20

Initialement prévu au lancement de la PS4, "DriveClub" devait démontrer les possibilités techniques de la nouvelle console de Sony. Après une année de retard, le résultat est impressionnant, mais pas irréprochable. Mis à part quelques clippings et des "murs invisibles", le jeu impressionne par la qualité des vues cockpit et les somptueux effets de lumières.

Gameplay & prise en main : 10/20

Doté d'une prise en main hybride, entre "arcade" et simulation", "DriveClub" était bien parti pour séduire une large population de joueurs. Malheureusement, en raison d'une intelligence artificielle calamiteuse, d'une physique de conduite peu réaliste et de pénalités (horripilantes), les fans de courses automobiles seront certainement déçus par cette "exclusivité" PS4.

Musique et bruitages : 15/20

La bande-son nous immerge sans difficulté dans l'univers des courses automobiles, à grand renfort de vrombissements et de musiques rythmées. A ce niveau, comme sur le plan visuel, le jeu de Sony tient la route.

Durée de vie : 12/20

Avec seulement 50 voitures (sous licences) et 5 environnements distincts, "DriveClub" a bien du mal à surpasser ses concurrents. Si ce n'est pas rédhibitoire (avec l'espoir de voir des DLC renforcer le jeu de base), il faut reconnaître qu'entre l'IA décevante en solo et le fait d'être limité à des courses contre des "fantômes" lors des défis.

Note : 13/20

Attendu par tous les fans de courses automobiles équipés d'une PS4, "DriveClub" est enfin disponible après, pratiquement, un an de retard. Si nous pouvions espérer de ce report qu’il soit bénéfique à la qualité du jeu, dans les faits, cette exclusivité PS4 est loin de nous enthousiasmer. En dépit d’une réalisation visuelle spectaculaire (effets de lumières réalistes, vues cockpit ultra-immersives), le jeu est totalement plombé par une intelligence artificielle aux fraises et un système de pénalités horripilant. Dommage, car les premières images et vidéos laissaient présager le meilleur !




L'avis des lecteurs :
Nous n'avons pas encore d'avis, partagez votre avis avec tous !
Pseudo :
Votre avis :
captcha* :
info utiles - Le Journal de la Next-Gen www.gamoniac.fr www.insert-coin.fr www.guglielmu.eu www.petitsjeux.fr whim.fr www.adam-et-ender.com
© 2017 Copyright "Geek4Life.fr". Tous droits réservés.
Tous les contenus du site Geek4life.fr sont protégés par les lois françaises et internationales du droit d'auteur. - Toute reproduction même pariel est interdite sans autorisation écrite du site.
- L'ensemble des marques cités et crédits photo sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs.