1427217723.jpg 1427217717.jpg 1427217712.jpg 1427217706.jpg 1427217699.jpg 1427217695.jpg 1427217682.jpg 1427217677.jpg 1427217672.jpg 1427217666.jpg 1427217657.jpg 1427217651.jpg 1427217638.jpg 1427217628.jpg 1427217621.jpg
Site partenaire callofduty
"FPS évènement de cette année, "Battlefield Hardline" marque un virage à 180° en nous immergeant non pas sur le champ de bataille, mais au cœur de la police de Miami."
Geek4Life
Battlefield Hardline

Fort du succès de la série des FPS militaires "Battlefield", Electronic Arts et Visceral Games lancent sa déclinaison à la sauce policière : «Hardline». Particulièrement attendu pour son côté novateur, ce blockbuster se révèle généreux en solo comme en multijoueur... Mais est-ce suffisant pour qu’il s'impose face à l'illustre "Battlefied 4" et à ses nombreux DLC ? Voyons cela en détail...

FPS évènement de ce début d'année, "Battlefield Hardline" effectue un virage à 180° en comparaison de "Battlefield 4" (paru fin 2013). Disponible simultanément sur PC, PlayStation4 et Xbox One depuis le 19 mars 2015, ce "spin-off" abandonne l'ambiance de guerre "hollywoodienne" au profit de l'univers de la police de Miami. Immergé sous les traits de Nick Mendoza, un jeune policier en quête de justice, vous êtes confronté à la pègre locale et aux trafiquants de drogues lourdement armés... A pied ou en voiture, il vous faudra arpenter les rues - de jour comme de nuit - et faire face à une succession de situations toutes plus explosives les unes que les autres ! Malgré le changement de studio (DICE / Visceral Games), "Battlefield Hardline" conserve une mise en scène spectaculaire, couplée à un gameplay aussi dynamique que diversifié, avec assaut, infiltration, collecte de preuve, siège, course poursuite, traque... Il y en a pour tous les goûts ! Avec pareil parti pris, il importe d'avoir en tête que ce FPS tranche radicalement avec ce que nous avions l’habitude de voir dans les derniers "Battlefield" plutôt "expéditifs". Au contraire, avec "Hardline", le joueur a le choix entre la manière forte ou opter pour l'arrestation des suspects. Cet aspect du gameplay est particulièrement bien pensé et apporte beaucoup à l'immersion. Surtout qu’au moindre faux pas, le calme apparent de l'intervention policière peut virer au bain de sang. Dans l'ensemble, le mode solo, nous a agréablement surprisb ien qu’il connote "série-B" et n'est pas avare en clichés. Sympathique également : les décors sont variés (zones résidentielles, Everglades, concession automobile, casse désaffectée...). Quant aux personnages, ils sont relativement charismatiques et disposent de psychologies intéressantes dans la construction du scénario. Au fil de la campagne solo, nous constatons rapidement une ingénieuse montée en puissance de l'intrigue qui permet un déluge d'action frénétique et mémorable. A ce propos, précisons que notre jeune flic est rapidement torpillé par des policiers véreux qui profiteront de sa crédulité pour l'envoyer en prison. Cet aspect du scénario est l'occasion idéal de révolutionner le background, une fois passées les premières missions de « flic modèle ». Ce changement radical, impacte aussi le gameplay, faisant passer notre héros de chasseur à proie ! Avec près d'une dizaine d'heures de jeu, rien qu'en solo, "Battlefield Hardline" offre un contenu conséquent pour un FPS. D’autant plus que l'intérêt de la série, (comme pour son éternel rival "Call of Duty " d'Activision) réside essentiellement dans son mode multijoueur en ligne.

Haut les mains !

Les différents modes de jeu se sont révélés eux aussi plutôt efficaces et globalement à la hauteur de nos attentes. A l'instar des autres "Battlefield", les affrontements en équipe se font dans de vastes environnements semi-ouverts que l'on explorer à pied ou au commande d'un des nombreux véhicules à disposition (motos, voitures, camions, hélicoptères...). Quant au système de classe, indispensable à tout FPS moderne, il est une fois de plus au rendez-vous avec un équipement entièrement personnalisable : fusils, pistolets, barlows grossissantes, vision nocturne, silencieux, colorie de l’équipement... le joueur a carte blanche ! En multijoueur toujours, il est bien vu de reprendre la notion de financement comme à l'époque de "Counter-Strike" (Valve). Agréable aussi : la possibilité de customiser l'ATH, afin de limiter éventuellement l'affichage des jauges et de diverses informations. Une fois limitée au maximum, le réalisme est accru. Bien que l'armement soit très complet avec plusieurs types de fusils (sniper, automatique, assaut) et diverses armes de poing... En revanche, la destruction des décors n'est pas aussi poussée que dans la série "Battlefield Bad Compagny". Certes, de nombreux éléments peuvent être impactés par les tirs, mais "Hardline" est bien moins permissif. Malgré ce défaut, les modes de jeux (à pied ou à bord des véhicules) tiennent la route et offrent un condensé d'action jubilatoire. Concernant la prise en main, le jeu est intuitif et bénéficie, en solo, d'une structure héritée des FPS "couloirs". Comprenez : on a l'impression de pouvoir évoluer dans une vaste ville en 3D, mais en réalité la marge de manœuvre est extrêmement limitée. C’est si vrai que l'on retrouve des murs invisibles, l'impossibilité d'explorer certains zones (hors du théâtre d'intervention) ou encore des éléments de décors qui canalisent grossièrement le joueur. D'un point de vue technique, le moteur "Frostbite 3" offre un rendu visuel esthétique, mais tout n'est pas irréprochable pour une production de ce calibre en 2015. A commencer par quelques bugs de collision (encore présents à l'heure du lancement) ou une gestion de la physique des corps pas toujours réaliste. Concernant l'intelligence artificielle, là encore nous avons été un peu déçus de constater que c'est davantage le nombre d'ennemis qui crée la difficulté, plutôt que la tactique des soldats ennemis. Généralement, l'IA préfèrera garder sa position, plutôt que d'essayer de vous déloger sournoisement. Pour peu que vous ayez déjà joué à la série "ARMA" (Bohemia Interactive), le côté arcade du jeu d'Electronic Arts est alors flagrant... Précisons également que "Hardline" se révèle nettement plus "arcade" que son grand frère "Battlefield 4". Bref, tout n'est pas irréprochable dans le jeu d'Electronic Arts, mais au regard de son contenu et de son originalité, les fans de la série devraient se laisser séduire. Pour notre part, nous le recommandons tant pour la qualité de sa campagne solo que pour ses modes multijoueurs.

Geek4Life
Graphismes : 17/20

Le moteur "Frostbite 3" assure une réalisation visuelle honorable sur PC, PS4 et Xbox One. Si tout n'est pas irréprochable (bugs de collision, physique douteuses et murs invisibles), dans l'ensemble, Visceral Games a fait du bon boulot. En revanche, il faudra tout de même composer avec une bonne dose d'aliasing et de scintillements. Mieux vaut le savoir... A l'inverse, certaines scènes de la campagne sont spectaculaires. Bref, le résultat est mi-figue, mi-raisin.

Gameplay & prise en main : 15/20

Quelle bonne idée de renouveler la série "Battlefield" dans l'univers de la police ! L'ajout du système d'arrestation est une excellente initiative et cela dynamise grandement les interventions. Le fait d'offrir un gameplay varié (assaut, infiltration, collecte de preuves, courses poursuites...) est positif, mais cela impacte le rythme "FPS" et ne sera pas du goût de tous ! Surtout que la campagne solo est dirigiste au possible est que l'IA est décevante pour un titre de ce calibre. Heureusement, le solo est relativement plaisant et les modes multijoueurs en ligne font mouche.

Musique et bruitages : 16/20

Entièrement localisé en langue française, "Battlefield Hardline" offre une bande-son honorable. Certes, les dialogues sonnent série-B et sont particulièrement grossiers (la norme PEGI 18+ est donc justifiée) mais, dans l'ensemble, le résultat tient la route et l'on a envie d'aller jusqu'au bout de la campagne solo avant de défier les autres joueurs sur Internet. Les bruitages sont ultra immersifs et les musiques apportent une bon dose de fun.

Durée de vie : 17/20

Bonne surprise de ce "Battlefield", la campagne solo nous occupe une dizaine d'heures. Ce qui est bien plus que la plupart des FPS actuels. Quant aux modes multijoueurs, ils sont une fois de plus propices à de longues heures de jeu. La rejouabilité est évidente et il est certain qu'Electronic Arts et Visceral Games ne tarderont pas à proposer du contenu additionnel via des DLC. Bref, vous en aurez pour votre argent.

Note : 16/20

FPS évènement de cette année, "Battlefield Hardline" marque un virage à 180° en nous immergeant non pas sur le champ de bataille, mais au cœur de la police de Miami. Si l'idée est bonne, cette nouvelle recette ne sera pas du goût de tous. Reposant sur une campagne solo riche et dynamique qui nous occupe une dizaine d'heures, "Hardline" fait mieux que ses concurrents, mais articule sa campagne solo autour de séquences dirigistes au possible et pas toujours captivantes. Quant aux modes multijoueurs, ils sont pour le moins addictifs et bénéficient d'un vaste choix d'équipements et de véhicules. En revanche, tout n'est pas irréprochable côté technique ! Bugs, aliasing, scintillement, intelligence artificielle aux fraises et murs invisibles peuvent rebuter. Malgré tout le bilan est positif. Un FPS "dépaysant".












L'avis des lecteurs :
Nous n'avons pas encore d'avis, partagez votre avis avec tous !
Pseudo :
Votre avis :
captcha* :
info utiles - Le Journal de la Next-Gen www.gamoniac.fr www.insert-coin.fr www.guglielmu.eu www.petitsjeux.fr whim.fr www.adam-et-ender.com
© 2017 Copyright "Geek4Life.fr". Tous droits réservés.
Tous les contenus du site Geek4life.fr sont protégés par les lois françaises et internationales du droit d'auteur. - Toute reproduction même pariel est interdite sans autorisation écrite du site.
- L'ensemble des marques cités et crédits photo sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs.