1433190657.jpg 1433190643.jpg 1433190632.jpg 1433190620.jpg 1433190604.jpg
Site partenaire callofduty
"En comparaison des autres titres du genre, « Orcs must dir ! Unchained » propose assez de profondeur pour tenir en haleine les joueurs qui accrocheront à son gameplay singulier. Une bonne surprise."
Geek4Life
Orcs Must Die ! Unchained
[Version BETA]

Débarqué d’abord sur XBLA, puis sur PC en octobre 2011, «Orcs must Die!» avait surpris les joueurs en proposant un «Tower defense» frais, fun et nerveux. La suite introduisait le mode deux joueurs en juillet 2012. Cette fois, la série revient avec un free toplay entièrement multijoueur. Que faut-il en penser ?

« Orcs Must Die ! Unchained » n’est pas une suite à proprement parler. il s’agit plus exactement d’un Multiplayer Online Battle Arena (Moba). Si l’aspect « Tower defense » est bien présent, c’est le mélange des genres qui fait de « Orcs Must Die ! Unchained » un titre à part. Ici, le but du jeu consiste à attaquer le camp adverse à l’aide de vagues de sbires. Le joueur a également en charge la pose de défenses et le choix du type d’attaquant. Ce qui apporte incontestablement au titre de Robot Entertainment un aspect stratégique plus marqué que dans les MOBA classiques. Le jeu emprunte également des mécaniques propres aux JCC, tel que Hearthstone. Les consommables, sbires et pièges sont présentés sous forme de cartes à obtenir, sélectionner et insérer dans des decks. Vous ne disposez, pour chaque deck, que d’un nombre limité d’emplacements pour chaque type de cartes. Ceux qui ont participé aux premières phases de bêta, ainsi qu’à l’alpha du jeu, doivent savoir que les crânes reçus en récompense de partie et les pièces d’or achetables à la boutique constituent l’unique moyen d’acquérir des cartes. Au début de chaque partie - et comme dans tous les MOBA -, il faut choisir un héros. Parmi deux catégories : les attaquants et les défenseurs. Chaque personnage dispose de deux capacités propres et de statistiques définies. Une fois le choix effectué, vous voilà propulsé dans la partie. Les maps présentent toutes une architecture symétrique et offrent la même topologie pour chacune des deux équipes. A chaque extrémité se trouvent les cœurs de donjon. Chaque équipe dispose de deux portes (warcamps) qui permettent de générer les vagues de sbires. Le début de partie permet d’investir vos points de leadership dans un des deux warcamps afin de l’ouvrir. Vous et les membres de votre équipe devez ensuite assigner une carte de sbire dans les trois emplacements de chaque warcamp. Vous avez également la possibilité de dépenser les pièces d’or récoltées sur le champ de bataille pour poser des pièges dans les parties intérieures. A vous dès lors d’accompagner vos sbires et de les aider à avancer en gardant un œil sur la progression de vos adversaires.

Un dosage habile et maîtrisé

Le fonctionnement du jeu incite à coopérer avec vos coéquipiers et laisse peu de place aux exploits personnels. Si achever vos adversaires permet de débloquer vos aptitudes plus rapidement durant la partie, seuls les sbires peuvent endommager le « cœur » ennemi. En réalité, le terme endommagé n’est pas indiqué ici puisqu’il s’agit de pénétrer ce dernier exactement comme dans n’importe quel tower defense. C’est donc plutôt sur l’amélioration des sbires et la stratégie qui en découle que les parties se jouent. L’ouverture du second warcamp ou l’amélioration du premier vous coûtera des points de leadership. Ces points ne s’obtiennent qu’en accompagnant vos sbires au combat. Plus vos warcamps seront de haut niveau et plus les sbires que vous pourrez générer seront puissants. Prendre en compte le type de sbires que vos coéquipiers choisissent vous permettra de sélectionner au mieux les vôtres. Ce choix peut faire la différence entre la victoire et la défaite. A la fin de la partie, vous recevrez des points d’expérience, ainsi que des crânes. Les crânes représentent ici la monnaie du jeu. C’est grâce à eux que vous pourrez vous procurer de nouvelles cartes et de nouveaux héros. Ces nouveaux héros sont proposés de manière régulière et plusieurs cartes ne sont disponibles qu’en version non définitive. Pour l’heure, le jeu est toujours en version bêta et certaines fonctionnalités du titre, bien que présentes dans les menus, ne sont pas disponibles pour le moment. C’est notamment le cas des parties classées et des quêtes. De même, un onglet « My stuff » (mon équipement) est présent. Nous ne pouvons donc que faire des suppositions quant à son contenu. Un constat s’impose cependant : l’équipe en charge du développement du jeu prend le temps de doser au mieux les différents éléments du gameplay, qu’ils soient hérités de la franchise, des JCC ou encore des standards du MOBA. Incontestablement, « Orcs must die ! Unchained » a gardé ce qui faisait le charme de la série. Avec ses graphismes colorés, ses personnages barrés et son humour décalé, le jeu présente suffisamment d’éléments pour en faire une excellente alternative aux MOBA qui règnent sur le marché.

Romain Cuzon
Graphismes : 16/20

Sans être remarquables, les graphismes sont plutôt réussis. La direction artistique typique de la série a été conservée et l’ensemble est joli et coloré. Les animations sont plutôt fluides même si l’on peut reprocher un léger manque de variété. Même avec un niveau de détails bas et une résolution peu élevée, le jeu reste très agréable à l’œil.

Gameplay & prise en main : 15/20

Si le gameplay général est très correct, lors des affrontements les personnages sont plutôt « lourds » dans leur déplacement, y compris les plus agiles. Le système de jeu qui emprunte ses mécaniques à des genres bien différents peut-être compliqué à appréhender de prime abord et il est parfois difficile de mettre en place des stratégies avec ses coéquipiers sans bien connaître les caractéristiques des sbires. Les premières parties peuvent donc s’avérer frustrantes pour les débutants.

Musique et bruitages : 16/20

La musique est assez sympathique dans l’ensemble et correspond tout à fait à l’univers du jeu. Dynamique et entraînante, elle accompagne le joueur dans ses parties sans jamais devenir envahissante. Les divers sons du jeu sont assez réussis et les punchs-line des personnages bien que de qualité inégale font parfois mouche. L’humour propre à la série est toujours présent, pour notre plus grand bonheur.

Durée de vie : 16/20

Il est très difficile de juger de la durée de vie d’un jeu entièrement multijoueur, mais en comparaison des autres titres du genre, « Orcs must dir ! Unchained » propose assez de profondeur pour tenir en haleine les joueurs qui accrocheront à son gameplay singulier. La véritable durée de vie d’un tel jeu dépend beaucoup plus de sa communauté que de ses caractéristiques propres.

Note : 16/20

Bien qu’encore en phase bêta le titre est suffisamment avancé pour offrir une véritable expérience de jeu. Son mélange des genres, dosé comme il faut, pourrait bien lui permettre de se poser comme un outsider dans sa catégorie. Reste à espérer que la suite du développement gardera la même orientation et que le jeu trouvera son public. En l’état actuel, le titre manque encore de finition et de contenu.

L'avis des lecteurs :
Nous n'avons pas encore d'avis, partagez votre avis avec tous !
Pseudo :
Votre avis :
captcha* :
info utiles - Le Journal de la Next-Gen www.gamoniac.fr www.insert-coin.fr www.guglielmu.eu www.petitsjeux.fr whim.fr www.adam-et-ender.com
© 2017 Copyright "Geek4Life.fr". Tous droits réservés.
Tous les contenus du site Geek4life.fr sont protégés par les lois françaises et internationales du droit d'auteur. - Toute reproduction même pariel est interdite sans autorisation écrite du site.
- L'ensemble des marques cités et crédits photo sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs.