1439581270.jpg 1439581260.jpg 1439581250.jpg 1439581238.jpg 1439581228.jpg 1439581196.jpg 1439581175.jpg
Site partenaire callofduty
"Trois ans après sa sortie sur PC, Q.U.B.E propose une version console de très bonne facture. Les éléments qui ont fait son succès sont toujours aussi efficaces et l'ajout d'un mode compétitif est une véritable valeur ajoutée."
Geek4Life
Q.U.B.E. : Director’s Cut

Il y a trois ans sortait Q.U.B.E, le jeu issu du projet d'étude de trois étudiants. Exclusivité PC, il reçut un bon accueil des joueurs comme de la critique. Aujourd'hui le titre revient sur console de salon dans une nouvelle version : Director's Cut.

Q.U.B.E. : Director’s Cut vous plonge dans un monde épuré qui rappelle fortement Portal. Tout est blanc et cubique, épuré au maximum. Une description qui vaut également pour votre avatar dont vous ignorez jusqu'à son nom. Votre seul lien avec le monde extérieur est une voix féminine qui vous suit tout au long de vos pérégrinations. Celle-ci vous apprend que vous avez été équipé de gants pour interagir avec certains éléments de votre environnement. C'est simple, déjà vu, mais efficace. Cependant, ce choix de narration met en évidence un des défauts du titre, si l'on peut qualifier l'absence de localisation de défaut. Qu'il soit question des voix ou du texte, tout est en anglais. Un détail qui n'influe absolument pas sur le gameplay mais qui peut représenter un frein dans l'immersion des joueurs étrangers à la langue de Shakespeare. Une des points forts du jeu est son déroulement. La difficulté augmente de manière progressive et permet à n'importe quel joueur d’avancer dans le jeu sans se sentir frustré. Les possibilités offertes par les gants sont dévoilées au fur et à mesure de la progression, laissant au joueur le temps de les maîtriser. Une autre grande qualité de Q.U.B.E est de proposer des énigmes variées. Il vous sera ainsi demandé d'utiliser les lois de la physique, de déplacer une balle et même de vous sortir de l'obscurité la plus totale. Cette diversité empêche toute lassitude de s'installer et offre aux joueurs plus que ce qu'ils ont l'habitude de recevoir d'un puzzle-game. Certaines salles parviennent même à surprendre. Dans un univers vidéoludique où de plus en plus de titres se ressemblent, proposer quelque chose auquel on ne s'attend pas est un véritable défi et y parvenir est la marque d'un game-design intelligent.

Intelligent, surprenant malgré des défauts

Q.U.B.E. : Director’s Cut apporte un aspect compétitif au titre original grâce à l'ajout du mode Against the Qlock . Ce dernier comporte des niveaux totalement inédits afin de mesurer son chrono à celui d’autres joueurs. Le design des énigmes de ce mode est d'ailleurs tout à fait adapté à ce concept. Malheureusement cet ajout, bien que très appréciable, met en lumière le principal défaut du jeu. Celui-ci a avant tout été pensé pour le combo clavier souris. Si le titre offre une jouabilité à la manette très acceptable - et qui ne pénalise pas le déroulement du mode principal -, le manque de précision des périphériques de contrôle console se fait ressentir lorsque vous essayez de gagner les quelques centièmes de secondes qui vous séparent du temps de vos amis. Visuellement le jeu est très réussi, son ambiance dépouillée et presque clinique offre une immersion de très bonne facture en assurant une lisibilité de tous les instants. Du coté audio, le jeu n'est pas spécialement remarquable, la musique et les bruitages sont corrects et efficaces. L'aventure se termine en quatre petites heures et comme pour tout bon jeu cela paraît trop court. La richesse de l'expérience amplifiera cette sensation. Pour autant, les développeurs n’ont pas à rougir de cette durée de vie, rallongée par le mode Against The Qlock. Et puis, Q.U.B.E. : Director’s Cut est proposé à moins de 10 €…. Certains le trouveront sûrement trop proche de Portal, pourtant Q.U.B.E dispose de sa propre identité et ne se pose pas comme une copie. Riche, varié, intelligent et même surprenant, le titre mérite que les amateurs du genre s'attardent dessus. Il est également un exemple de game-design maîtrisé et devrait inspirer les créateurs en herbe.

Romain Cuzon
Graphismes : 16/20

Épurée et presque clinique, l'ambiance visuelle du titre est réussie. Le jeu est toujours très lisible malgré la dominance du blanc sur les différentes surfaces. A aucun moment le joueur ne perd ses repères spatiaux. Tout est fait pour que l'on se sente comme un rat dans un laboratoire. Un effet qui marche d'autant plus que le centre dans lequel vous vous retrouvez est nimbé de mystères. Le jeu n'a montré aucune baisse de framerate et ce même dans ses portions rapides.

Gameplay & prise en main : 18/20

Le jeu est d'une fluidité exemplaire et les contrôles à la manette fonctionnent parfaitement. Cependant, le mode Against The Qlock trahit le choix des développeurs qui avaient initialement destiné le jeu au PC. Ce mode demandant une grande vitesse de réaction, la manette peut alors parfois se montrer frustrante. Tous les puzzles restent néanmoins réalisables et ce défaut ne sera ressenti que par les joueurs voulant réaliser des chronos toujours meilleurs.

Musique et bruitages : 14/20

La musique est presque anecdotique et ne participe que très peu à la mise en place de l'ambiance du titre. Les bruitages ne sont pas plus remarquables. Ils font leur office de manière efficace, mais sans plus. Le véritable problème vient de l'absence de localisation que ce soit dans les voix ou dans les sous-titres. Ceux-ci sont uniquement en anglais et priveront les joueurs non-anglophone de l'intrigue du titre.

Durée de vie : 16/20

Le scénario propose une aventure d’une durée de seulement quatre petites heures, toutefois celles ci seront bien remplies. A aucun moment vous n'aurez l'impression de refaire le même puzzle. Le mode Against The Qlock et ses dix niveaux inédits vous permettront de prolonger le plaisir durant quelques heures. Une durée de vie totale tout à fait honorable pour un titre proposé à moins de dix euros.

Note : 17/20

Trois ans après sa sortie sur PC, Q.U.B.E propose une version console de très bonne facture. Les éléments qui ont fait son succès sont toujours aussi efficaces et l'ajout d'un mode compétitif est une véritable valeur ajoutée. Rajoutez à cela un prix de vente de moins de dix euros et vous obtenez un titre dont le rapport qualité/prix est bien supérieur à la moyenne. Q.U.B.E. : Director’s Cut est sans aucun doute un titre que tous les amateurs de puzzle-games se doivent de posséder.

L'avis des lecteurs :
Nous n'avons pas encore d'avis, partagez votre avis avec tous !
Pseudo :
Votre avis :
captcha* :
info utiles - Le Journal de la Next-Gen www.gamoniac.fr www.insert-coin.fr www.guglielmu.eu www.petitsjeux.fr whim.fr www.adam-et-ender.com
© 2017 Copyright "Geek4Life.fr". Tous droits réservés.
Tous les contenus du site Geek4life.fr sont protégés par les lois françaises et internationales du droit d'auteur. - Toute reproduction même pariel est interdite sans autorisation écrite du site.
- L'ensemble des marques cités et crédits photo sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs.