qb2016xone-05.jpg qb2016xone-04.jpg qb2016xone-03.jpg qb2016xone-02.jpg qb2016xone-01.jpg 1460062797.jpg
Site partenaire callofduty
"Tout n'est pas irréprochable mais, en l'état, le nouveau jeu de Remedy Entertainment capitalise assez d’arguments chocs pour s'imposer parmi les indispensables de l'année 2016. "
Geek4Life
Quantum Break

Exclusivement disponible sur Xbox One et Windows 10 (PC), "Quantum Break" est le jeu événement de Microsoft et du studio Remedy Entertainment. Avec cette nouvelle licence, les pères de "Max Payne" et du sympathique "Alan Wake" entendent renouveler le jeu d'action à la troisième personne, à grand renfort de graphismes spectaculaires et d'un gameplay saupoudré de physique quantique...

Disponible depuis le 5 avril, "Quantum Break" est l'un des blockbusters les plus attendus de l'année 2016. Et pour cause! Cette exclusivité Xbox One et Windows 10 - mise à l'honneur lors de l'E3 - débarque avec un paquet d’arguments. A commencer par le pédigree de son créateur - Remedy Entertainment - connu pour "Max Payne", le TFP hollywoodienne devenue mythique pour ses fusillades au ralenti. Plus récemment, et dans un autre registre, nous avions pu suivre les péripéties "d'Alan Wake"... Mais c'est avec la nouvelle licence "Quantum Break" que Microsoft et Remedy Entertainment entendent exploser les ventes cette année. A l'heure où le jeu est enfin disponible, est-il aussi bon que le laissaient présager les premières images et vidéos ? Pour le savoir, nous avons testé la version Xbox One et, le fait est que nous avons immédiatement été emballés par le dynamisme et la qualité visuelle du jeu. Lesquels sont effectivement conformes aux trailers savamment distillés par le service de presse de Microsoft. Qu'il s'agisse de la modélisation faciale ultra-détaillée des protagonistes, leurs animations et expressions (soigneusement retranscrites), ou encore les effets d'ombres et de lumières dynamiques, ainsi que les nombreux environnements 3D... le tout est agrémenté de textures HD impressionnantes qui confèrent à "Quantum Break" un rendu proche du photoréalisme. Certes, il ne tourne pas en 1080p (mais en 720p) reste que le résultat fait honneur à la Xbox One. Outre le côté démonstration technologique, le soft brille par la qualité de son scénario et un mise en scène artistique plutôt efficace. C'est dans ce contexte que, dès l'introduction, vous en prenez plein les mirettes avec une accumulation de scènes d'action dignes d'une superproduction. A ce propos, en plus des impressionnantes restitutions de visages en 3D, le jeu est agrémenté de cinématiques avec de "vrais" acteurs. Parmi eux, citons Shawn Ashmore (“X-Men”), Aidan Gillen (“Game of Thrones”) ainsi que Dominic Monaghan ("Le Seigneur des Anneaux”). Nous vous laissons le soin de découvrir la trame scénaristique afin de ne pas éventer les subtilités de l'intrigue, mais sachez que l'évolution de l'histoire tient compte de vos actions. A chaque chapitre, vous pouvez influencer le scénario. Un concept déjà connu dans l'univers des jeux vidéo, mais sympathique...

Efficace sur le fond comme sur la forme

Venons-en au pitch. Vous incarnez Jack Joyce, venu rendre visite à l’un de ses amis spécialiste de la physique quantique. Celui-ci à mis au point un prototype de machine à voyager dans le temps et Jack est invité, sur le campus, à une petite démonstration... Mais les choses tournent mal. Une brèche temporelle a créé des dysfonctionnements qui menacent l'avenir de notre monde. Curieusement, Jack se retrouve doté de "pouvoirs" qui lui permettent d’altérer l'espace-temps. Ce qui lui donne, notamment, la possibilité de figer le temps en combat ou d'inverser le déroulé d'une action. Il peut ainsi, par exemple, faire feu sur une caisse suspendue pour qu'elle s'écrase au sol. Avant de s'en servir de plate-forme, en inversant le cours du temps pour qu'elle se reconstitue et remonte jusqu'à la zone inaccessible initialement. N'étant pas un néophyte en la matière, Remedy Entertainment orchestre à merveille ce background. Les scènes d'action s'enchaînent à un rythme soutenu - à grand renfort de cinématiques - et la présence de "Monarch", une organisation bien décidée à remettre de l'ordre dans ces chamboulement temporels, assure un déluge d'action. D’autant plus que ses membres disposent de technologies capables d'influer sur le continuum espace-temps, comme notre héros ! N'ayant pas la même vision de la méthode à adopter, les hommes de "Monarch" donnent du fil à retordre à Jack. Pour survivre, il faut donc tirer profit de l’environnement et utiliser à bon escient l'armement ennemi que vous récupérez sur vos adversaires. Au fil de l'aventure, vous collectez divers documents, afin d'en apprendre davantage sur l'organisation "Monarch". Pour finir le jeu à 100% il vous revient de fouiller chaque recoin afin de dénicher toutes les informations annexes. Dans l'ensemble, "Quantum Break" se termine en une dizaine d'heures. Ce qui est correct, mais sans plus. Car il n'y a aucun mode multijoueur. Espérons que Remedy Entertainment nous concoctera rapidement quelques DLC pour prolonger l'aventure.

Une ouverture mémorable !

A l'instar du mythique "Half-Life" (Valve), l'introduction de "Quantum Break" démarre sur les chapeaux de roues. A peine avez-vous le temps de dire ouf que déjà des soldats d'élite investissent le bâtiment, avec pour objectif de faire un grand ménage... Ayant hérité d'extraordinaires "pouvoirs" - lors de votre exposition à la brèche temporelle -, vous voilà capable de figer le cours du temps, tout en vous déplaçant normalement. Très pratique pour fuir une zone assiégée sans avoir à faire feu. Malgré cela, notre héros doit faire parler la poudre contre ces soldats qui n’hésitent pas à vider chargeur sur chargeur pour le déloger du Campus... Pour rester en vie, il n’a pas d'autre choix que de répliquer avec un système de combat qui rappelle l’illustre "Max Payne" (les cascades en moins). Le système de couverture est intéressant, mais il aurait pu être plus complet pour un TPS sorti en 2016. La progression pousse à utiliser les armes à feu couplées aux "pouvoirs temporels". Au fil de la progression, il est essentiel de les utiliser intelligemment afin de repousser des adversaires de plus en plus coriaces. En conclusion, "Quantum Break" est indéniablement un bon jeu d'action. Son scénario est relativement classique pour qui a déjà vu (ou lu) des œuvres de science-fiction sur les voyages dans le temps, mais l'univers est suffisamment captivant pour pousser à poursuivre jusqu'au dénouement. Nul doute que le bouche à oreilles et l'exclusivité (Xbox One et PC) servent Microsoft. Pour notre part, nous recommandons chaudement ce jeu à tous les amateurs de TPS.

Geek4Life
Graphismes : 18/20

Remedy Entertainment nous livre avec "Quantum Break" l'un des plus beaux jeux de la Xbox One. Doté d'une mise en scène soignée et riche en action, ce nouveau TPS impressionne par la beauté de ses graphismes. Visages 3D ultra-détaillés, environnements immersifs, effets visuels spectaculaires, vidéo HD (avec de vrais acteurs)... les arguments ne manquent pas ! Notez que l'affichage n'est pas en 1080p mais seulement en 720p. Malgré ce choix technique, il serait malvenu de ne pas adhérer à cette nouvelle licence des pères de "Max Payne".

Gameplay & prise en main : 17/20

La prise en main est simple et intuitive, ce qui en fait un jeu "grand public". Les mécanismes du gameplay s’appuient ingénieusement sur des codes bien connus des amateurs d'action et des jeux de tir à la troisième personne (TPS). Exploration, fusillades et utilisation des "pouvoirs temporels" assurent des heures d'action frénétique, dignes des super-productions hollywoodiennes. Le système de couverture aurait pu être un peu plus complet, la lisibilité de l'action un peu moins brouillonne lors de certaines échauffourées mais, en l'état, le résultat demeure plus qu'honorable.

Musique et bruitages : 18/20

La bande-son est aussi importante que le rendu visuel. Remedy Entertainment a mis les petits plats dans les grands, avec un casting de haut vol ! Nous retrouvons, notamment, les comédiens Shawn Ashmore (“X-Men”), Aidan Gillen (“Game of Thrones”) ainsi que Dominic Monaghan ("Le Seigneur des Anneaux”). Côté VF, le bilan est positif, avec la participation de Thierry Wermuth, le comédien français qui double - entre autres - "Randy Marsh" (le père de Stan dans "South Park"). Ce qui peut prêter à sourire...

Durée de vie : 15/20

Avec une dizaine d'heures de jeu, "Quantum Break" est un peu court. D'autant plus qu'il n'y a pas de mode multijoueur pour prolonger l'expérience. En l'état, il faut se contenter de collecter un maximum d'informations (éparpillées dans la succession d’environnements), afin de boucler l'aventure à 100%. Espérons que des DLC viendront renforcer le jeu de base pour prolonger l'expérience.

Note : 17/20

"Quantum Break "laissait présager une expérience vidéoludique mémorable et c'est effectivement le cas. Tout n'est pas irréprochable (système de couverture perfectible, longévité limitée, absence de mode multijoueur) mais, en l'état, le nouveau jeu de Remedy Entertainment capitalise assez d’arguments chocs pour s'imposer parmi les indispensables de l'année 2016. Le fait de combiner gunfights et "pouvoirs temporels" en font un exutoire jubilatoire. Cependant, n'allez pas imaginer que cette succession de combats est du gâteau... Les ennemis ne vous font aucun cadeau ! Un excellent TPS que nous recommandons vivement. Reste qu'il est uniquement compatible avec la Xbox One et Windows 10.

L'avis des lecteurs :
Nous n'avons pas encore d'avis, partagez votre avis avec tous !
Pseudo :
Votre avis :
captcha* :
info utiles - Le Journal de la Next-Gen www.gamoniac.fr www.insert-coin.fr www.guglielmu.eu www.petitsjeux.fr whim.fr www.adam-et-ender.com
© 2017 Copyright "Geek4Life.fr". Tous droits réservés.
Tous les contenus du site Geek4life.fr sont protégés par les lois françaises et internationales du droit d'auteur. - Toute reproduction même pariel est interdite sans autorisation écrite du site.
- L'ensemble des marques cités et crédits photo sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs.