m9PS4-2016-006.jpg m9PS4-2016-005.jpg m9PS4-2016-004.jpg m9PS4-2016-003.jpg m9PS4-2016-002.jpg m9PS4-2016-001.jpg
Site partenaire callofduty
"S’il s’agissait d’une petite production le projet pourrait s’en sortir la tête haute. Mais au vu des sommes engagées, de l’équipe aux commandes et des promesses faites, il est difficile d’oublier ce que le jeu aurait pu (dû) être !"
Geek4Life
Mighty N.9

Les Etats-Unis sont en danger, attaqués par des robots devenus fous ! Seul Beck, le dernier androïde du professeur White peut les arrêter. Incarnez ce petit robot et sauvez les citoyens dans un jeu d’action survolté !

Cela ne vous aura peut-être pas échappé, mais Beck ressemble énormément à un célèbre robot des années 80/90 qui sauva l’humanité en affrontant d’autres machines ! Non, il ne s’agit pas du T-800, mais bien de Megaman. Cette série lancée par Akira Kitamura en 1987 révolutionna le genre du jeu de plate-forme et connut rapidement un succès retentissant, pour totaliser aujourd’hui plus d’une centaine de titres ! Alors quand Keiji Inafune, un des premiers collaborateurs de Kitamura sur cette série mythique, annonce en 2013 vouloir donner un nouveau souffle à la saga avec Mighty N°9, les fans sont en émoi. Les attentes sont donc énormes et le projet lancé sur Kickstater parvient vite à atteindre ses objectifs, les dépassant même largement pour atteindre les 4 millions $. Au final qu’en est-il de ce renouveau tant espéré ? Le scénario de Mighty N°9 ne brille pas vraiment par son originalité. Un virus informatique a pris le contrôle des robots, les poussant à s’en prendre à la population. Heureusement, il reste un espoir puisque Beck a été épargné. Il se lance alors à la poursuite des autres Mighty pour les empêcher de faire un carnage et découvrir qui se cache derrière ce mystérieux virus. Si le scénario ne risque pas de vous coller une migraine, les graphismes sentent aussi le réchauffé. Le character design est, certes, mignon et coloré, mais il manque d’inspiration, se contentant de nous offrir des ennemis bien trop génériques. Il faudra se consoler avec les Mighty qui, eux, ont vraiment la classe. Au final, c’est surtout le gameplay qui retient l’attention.

Main de fer et cœur d’acier

En plus de pouvoir sauter et tirer, Beck peut faire un dash lui permettant de réaliser des combos sur les ennemis blessés. En effet, le petit androïde dispose d’un système d’assimilation lui permettant d’absorber l’énergie des autres robots. Une fois blessés, vous pourrez les achever avec un dash et récupérer au passage un bonus temporaire de puissance, de défense ou de vitesse. Mais vous devrez être rapide pour les achever le plus vite possible,
sans quoi votre bonus de combo diminuera pour finir par disparaître. Ce concept dynamise agréablement les affrontements en nous poussant à enchainer les ennemis pour récupérer le maximum de bonus et faire péter les high scores en fin de niveaux. Il en résulte un gameplay nerveux et accessible qui s’enrichit au fil de l’aventure grâce à 8 attaques spéciales. Car, comme dans les bons vieux Megaman, vous gagnerez de nouveaux pouvoirs en triomphant des autres Mighty ! Missiles explosifs, rayon gelant, aura de feu, coup d’épée sonique, et autre tir rebondissant sont autant de joyeusetés qui viendront grossir votre arsenal. Chaque boss étant vulnérable à une attaque particulière, il y a un ordre idéal pour finir le jeu. De plus, en battant un Mighty, vous le libérerez de l’emprise du virus. Ce qui fait que, non seulement vous récupérerez son pouvoir une fois vaincu, mais vous profiterez également de son aide dans un niveau précis. Par exemple, après avoir libéré Shade, ce dernier vous donnera un coup de main dans le niveau d’Avi. Noter également que Beck dispose d’un bond en arrière, bien pratique pour esquiver les attaques, mais il ne sait pas faire de double saut (ce qui a de quoi décontenancer quand on a l’habitude des plateformers récents).

Vrai renouveau ou pénible remise à niveau ?

Le titre regroupe 8 niveaux pour arrêter votre fratrie, ainsi que quelques niveaux supplémentaires pour mettre un terme aux agissements du grand méchant. Vous trouverez également de nombreux challenges, avec un classement en ligne, en solo et en multi, dont une série d’épreuves avec Cali (une autre androïde qui assiste Beck) qui font la part belle à l’infiltration. Mighty N°9 profite d’un gameplay riche et d’une difficulté bien calibrée (des robots vous donneront davantage de bonus au cours des niveaux si vous perdez trop souvent), avec en plus de nouveaux niveaux de difficulté à débloquer en terminant une première fois le jeu. Sur le plan du contenu, c’est du solide ! Et puis, la version boîte inclut l’extension « Ray » pour prolonger l’aventure. Pourtant, malgré toutes ses qualités, des frustrations demeurent ! En regard de l’investissement, on aurait pu s’attendre à beaucoup plus. Surtout qu’Inafune avait promis vouloir impliquer les fans - autant que possible - dans le développement du jeu afin de créer la suite ultime de Megaman. Mighty N°9 se contente d’être un bon jeu quand son illustre grand frère peut s’enorgueillir d’avoir fait l’histoire vidéoludique. Le level design remplit bien son office, offrant quelques passages haletants, mais on est bien loin du génie d’antan. Le placement des ennemis aurait également pu être mieux pensé afin de valoriser le système de combos. Car pour enchainer de magnifiques séries, encore faut-il que les ennemis soient intelligemment disposés ! L’utilisation des pouvoirs est également sous exploitée. Alors qu’ils sont variés et plutôt bien pensés, le level design ne nous offre pas suffisamment d’occasions de tirer parti des spécificités de chacun.

Jean-Marc Pichot
Graphismes : 12/20

Les graphismes rappellent beaucoup Megaman avec un design agréable et coloré. Mais, à trop vouloir suivre le style de son ainé, Mighty N°9 oublie de créer sa propre identité visuelle. Le character design se contente de recycler paresseusement les mêmes ennemis visuellement peu inspirés. Heureusement que les bosses relèvent le niveau. Les cinématiques souffrent aussi d’une réalisation manquant de finition, cassant du même coup une partie de l’immersion.

Gameplay & prise en main : 13/20

Dynamique et intense, le gameplay de Mighty N°9 nous rappelle les saveurs des bons vieux plateformers sur 8 et 16 bits. Hélas, la richesse du système de jeu n’est pas suffisamment mise en valeur pas le level design. D’où une certaine frustration face à un gameplay bien pensé mais sous-exploité. Bon point, en revanche, pour l’accessibilité du titre qui peut convenir aussi bien aux néophytes qu’aux hardcore-gamers grâce à sa difficulté bien dosée.

Musique et bruitages : 15/20

Le titre ne déçoit pas sur ce point, la bande son nous transporte au cœur de l’action ! Les musiques sont entrainantes et les bruitages collent parfaitement à l’ambiance. Les doublages ne sont pas en reste ! Les voix des différents Mighty sont très bien choisies et donnent vie aux personnages en leur insufflant une identité propre.

Durée de vie : 15/20

Mighty N°9 profite dune solide durée de vie. Compter une dizaine d’heures devant votre écran pour voir la fin de l’aventure solo, sans compter un paquet de défis pour prolonger l’expérience. De plus, vous débloquerez de nouveaux niveaux de difficulté pour pimenter vos parties. Si on ajoute à cela un système de classement en ligne, vous aurez largement de quoi vous occuper

Note : 13/20

Au final Mighty N°9 n’est pas mauvais. Le titre se révèle coloré, nerveux et prenant, mais il est loin des attentes suscitées. S’il s’agissait d’une petite production, le projet pourrait s’en sortir la tête haute. Mais au vu des sommes engagées, de l’équipe aux commandes et des promesses faites, il est difficile d’oublier ce que le jeu aurait pu (dû) être ! Si l’on met ça de côté, il est certain que de nombreux joueurs y trouveront leur compte, tandis que les autres préféreront explorer les anciens épisodes de Megaman.

L'avis des lecteurs :
Nous n'avons pas encore d'avis, partagez votre avis avec tous !
Pseudo :
Votre avis :
captcha* :
info utiles - Le Journal de la Next-Gen www.gamoniac.fr www.insert-coin.fr www.guglielmu.eu www.petitsjeux.fr whim.fr www.adam-et-ender.com
© 2017 Copyright "Geek4Life.fr". Tous droits réservés.
Tous les contenus du site Geek4life.fr sont protégés par les lois françaises et internationales du droit d'auteur. - Toute reproduction même pariel est interdite sans autorisation écrite du site.
- L'ensemble des marques cités et crédits photo sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs.