GrandKingdom ps4 004.jpg GrandKingdom ps4 003.jpg GrandKingdom ps4 002.jpg GrandKingdom ps4 001.jpg
Site partenaire callofduty
""Grand Kingdom" est un jeu bien pensé, plaisant, mais qui malgré tout n’évite pas l’écueil de la répétition. Si les combats s’enchainent, les missions se ressemblent. "
Geek4Life
Grand Kingdom

Face à la Nintendo 3DS et son catalogue de jeux fourni, la PS Vita de SONY manque cruellement de RPG tactiques. C'est pourquoi l'arrivée en Europe de "Grand Kingdom" sur PS Vita et PS4 devrait plaire aux amateurs du genre...

A l’heure où les jeux sont de plus en plus orientés "casual" - afin de séduire un large public -, "Grand Kingdom" opte pour le contrepied et se révèle ultra-exigeant. Si vous n’êtes pas familier avec l’anglais, accrochez-vous d’entrée pour ne pas vous perdre dès le menu. Une fois que vous vous êtes familiarisé avec la navigation, vous entrez alors dans le vif du sujet. Mais avant toute chose désormais, vous devez composer votre équipe de mercenaires ! Dans la mesure où la version proposée en Europe est la version intégrale du jeu, vous allez pouvoir choisir votre équipe de quatre personnages parmi les 13 classes disponibles dont : chasseur, noble, valkyrie, guerrier, guérisseur, voleur, sorcière… Dans la pure tradition du genre, chaque classe dispose de compétences spécifiques. Côté design, les graphismes sont plutôt jolis mais manquent un peu de personnalité. On customise ses héros en choisissant parmi un nombre limité d’options : couleur de base, coupe de cheveux, regard, voix… Une fois votre équipe composée, vous partez et c'est là que les choses sérieuses commencent... Vous voilà à la tête d’une équipe de mercenaires, évoluant dans un monde où quatre royaumes sont en guerre : Valkyr, Landern, Fiel et Magon. En tant que mercenaire, vous acceptez les missions de chacun des royaumes tant que la solde est au rendez-vous. Malgré tout, vous remarquerez vite que chaque royaume défend sa souveraineté face à la résurgence d’Uldein, un ancien Empire qui cherche à tous les soumettre. Au fil de l'aventure, vous allez être amené à parcourir les différents royaumes sans pour autant vous sentir vraiment concerné par le conflit général. L’histoire principale compte tout de même 12 chapitres. Il y a donc amplement de quoi s'occuper...

Des mécanismes de jeu efficaces

Concernant le gameplay et ses phases de jeu tactiques : vous êtes catapulté sur un échiquier géant, à l'instar de vos ennemis représentés par des pions. Vos déplacements sont limités et il va falloir atteindre vos objectifs en gardant toujours en tête cette limitation. Chaque déplacement s'effectue en un tour de jeu. Pour affronter un ennemi, il suffit de le percuter sur l'échiquier lors des déplacements. L'action nécessite de composer avec l'objectif principal et les différents trésors, minerais et objectifs secondaires, disséminés sur le plateau. Mais attention : le plateau de jeu est aussi parsemé de pièges et intempéries qui ralentiront votre progression ou réduiront vos Points de Vie (PV) à vue d’œil… Heureusement, une fois les raccourcis identifiés vous pourrez compenser votre retard éventuel. Bien sûr, pendant ce temps, le décompte des déplacements fait office de compte à rebours, alors ne le perdez jamais de vue ! Les batailles de "Grand Kingdom" sont dans l'ensemble particulièrement réussies. Et ce, notamment, grâce à la possibilité de combattre sur trois lignes. Attention tout de même : si chaque camp démarre de son côté de l’écran, il va falloir combiner déplacement/positionnement, timing, jauge de mouvement et dommages collatéraux. En effet, une des forces majeures du jeu réside dans son système de combat, riche et tactique. A vous de bien gérer tous ces paramètres et d’éviter de placer vos mercenaires entre des feux croisés ! Effectivement, en attaquant un ennemi, si l’un de vos mercenaires est trop près, il subira aussi des dégâts, que ce soit un coup d’épée ou un tir de flèche mal calibré. D’ailleurs, il vous faudra également rester hors des zones de frappe des tirs alliés. A ce propos, chaque classe dispose de caractéristiques de combat propres leurs assurant des frappes de proximité et attaques à distance. Si vous n’utilisez pas toute la jauge à chaque tour, vous récupérez un potentiel d’action supplémentaire pour le tour suivant. Aussi, provoquez au besoin une mêlée en permettant à un personnage de venir soutenir celui qui attaque pour une action décisive. Provoquez en priorité le leader adverse... Une fois abattu, le moral de l’équipe sera en berne et sa résistance affaiblie. A la tête de son équipe de 4 combattants, le joueur doit affronter et vaincre tous les assaillants du camp adverse.



Si l’écran est un peu chargé, il n’en reste pas moins lisible surtout après quelques tours de chauffe. Une "Timeline", située en bas de l’écran, indique à tout moment à quel personnage c’est le tour et quelles sont les mouvements possibles. Chaque déplacement fait diminuer la jauge de mouvement, alors attention à ne pas faire de déplacements inutiles. Les archers comme les mages (qui ont besoin de deux tours pour déclencher leurs sorts) seront à positionner en arrière du groupe pour atteindre leurs cibles et les épéistes ou les fantassins devront être au contact de leurs ennemis pour les attaquer au corps à corps. Une fois maitrisé le fonctionnement des combats, vous ne redouterez plus de toucher par erreur vos alliés et de leur faire subir des dommages collatéraux. Les archers, notamment, peuvent frapper à plusieurs reprises lors de leur tour et ainsi maximiser leurs dégâts. Au besoin, protéger votre médecin : il soignera vos combattants. Si l’un de vos personnages est atteint à un niveau critique, vous disposez de quelques secondes pour activer la survie du personnage sur un QTE et ressusciter son héros en lui redonnant un peu de vie. Après chaque combat, il sera souvent nécessaire de recharger votre équipe en PV, chaque victoire ne redonnant que 20% HP max. En effet, ceux-ci ne se régénèrent pas non plus entre chaque bataille ! Donc, n’hésitez pas à aller voir les soigneuses à votre retour sur le plateau de jeu. Le point fort des batailles est la montée progressive de la difficulté et son enrichissement en pièges. Les barricades font leur apparition pour protéger l’ennemi, les tirs de catapultes sur une zone ciblée obligent également à faire sortir tous ses combattants de la zone sous peine d’en subir les dégâts en même temps que l’adversaire, des barils d’explosifs, mais surtout les porte-étendards qui boostent leurs camps. Il faudra donc comme les "leaders", les viser en premier. Plus votre niveau augmente, plus vous débloquez de nouvelles armes et options pour renforcer votre arsenal et votre équipe. N’hésitez pas cependant à effectuer des missions secondaires pour augmenter votre niveau et vous lancer dans la bataille des quêtes principales une fois le niveau recommandé dépassé. Votre escouade de 4 mercenaires sera amenée à maintes reprises à affronter des groupes composés de 6 adversaires. Lors des combats, on essaie et on recommence jusqu’à trouver la bonne tactique.

Efficace, tactique...mais répétitif

"Grand Kingdom" est un jeu bien pensé, plaisant, mais qui malgré tout n’évite pas l’écueil de la répétition. Si les combats s’enchainent, les missions se ressemblent. Au fil des victoires, vous augmentez régulièrement l'expérience afin de faire progresser les personnages, avec pour objectif d’atteindre à tout prix le bout du plateau pour affronter un ennemi sur plusieurs tours et vaincre. Les missions secondaires, quant à elles, se révèlent, d’une certaine manière, plus intéressantes. Les objectifs sont plus variés et surtout elles obligent à rester toujours en mouvement. Pour accomplir les objectifs, il faudra être stratégique. Entre les récupérations d’objets et surtout les défenses de territoires, il faut se montrer malin et utiliser à bon escient les télé-porteurs pour empêcher l‘ennemi de pénétrer dans la zone à défendre. Il faudra être sur tous les fronts et ça ne sera pas chose aisée. D’autre part, s’il on peut créer plusieurs équipes une seule peut s’engager dans le combat. Il faudra tout refaire avec chacun des quatuors si vous souhaitez les mettre au niveau. Si les nations n’ont pas de réelles importances dans le mode solo, il vous faudra choisir une nation à défendre dans le mode en ligne. Chaque territoire subit l’invasion des armées des autres nations et leur progression dépend du nombre de joueurs engagés et de leur niveau. Malgré votre implication dans la prise des grandes décisions pour la nation que vous soutenez, via notamment des décrets afin de déterminer son orientation, cela n’aura quasi aucun impact sur votre jeu.



Un mode multijoueur qui mérite le détour

"Grand Kingdom" dispose d’un mode en ligne rallongeant - s’il en est besoin - la durée de vie. Ainsi, vous pouvez vous lancer dans la bataille pour jouer avec des joueurs à travers le monde mais vous ne les affronterez pas en temps réel. Malheureusement dans la mesure où tout se joue de manière asynchrone, on perd le dynamisme d’un vrai mode multijoueur. Les mercenaires placés en ligne sont passifs. Malgré tout, ils progressent au fil de leurs combats. Utile, si vous souhaitez booster un combattant avant de l‘inclure dans votre "team" de mercenaires. Prendre part au mode en ligne vous permet donc de soutenir une nation pour un temps donné et un nombre limité de batailles. En lui restant fidèle vous gagnerez des bonus de réputation, mais également l’argent nécessaire pour acquérir des objets, items, mercenaires… pour le mode solo. Dans le mode en ligne, vous placez vos mercenaires sur la map et les autres joueurs les affronteront lorsqu’ils prendront part à leur tour au mode en ligne au cours de leur propre partie. Point positif, vous pourrez vous engager avec une escouade de 6 mercenaires. "Grand Kingdom" garantit près d’une trentaine d’heures de jeu. Si vous adhérez au système de jeu, vous pourrez y passer bien plus de temps, notamment pour vous hisser toujours plus haut dans le classement. "Grand Kingdom" est très complet. On bénéficie en France (et en Europe) de la version intégrant l’ensemble des DLC sortis au Japon avec 4 quêtes annexes, toutes les classes de personnages… Un must si on s’investit dans le jeu.

Claire Regnaut
Graphismes : 14/20

Côté design, les graphismes sont jolis mais manquent un peu de personnalité. Les personnages sont personnalisables avec un nombre limité de paramètres. Le plateau est bien représenté et on profite de la représentation simplifiée des personnages remplacés par des pions. C’est au passage en mode combats que l’esthétisme prédomine. La bascule vers la 2D est parfaitement fluide et maîtrisée. Les animations des personnages et les incantations soignées.

Gameplay & prise en main : 14/20

Après une prise en main initiale calamiteuse engendrée par un menu mal pensé, "Grand Kingdom" se révèle en revanche facile à comprendre une fois lancé dans la partie. Le plateau de jeu et la gestion du nombre de coups autorisés est astucieuse. Le gameplay est fouillé et riche. En tout cas, ça vaut vraiment le coup de s’accrocher car le système de combat est bien construit. Le titre remplit son contrat de RPG tactique bien ficelé avec son système de combat / action dynamique qui nous fait oublier les galères du menu. Les 3 lignes de combats, le timing et les dommages collatéraux pimentent le tour par tour. Un vrai régal !

Musique et bruitages : 17/20

La bande-son nous immerge instantanément dans l’aventure. Au rythme des orchestrations épiques à la manière d’un film d’aventure, on se laisse embarquer. Les différents thèmes notamment pour les combats sont rythmés, nerveux et contribuent à faire monter la tension.

Durée de vie : 18/20

"Grand Kingdom" offre au minimum une vingtaine d‘heures de jeu, sans compter le mode en ligne. La longévité du soft est d’autant plus remarquable que la version européenne est enrichie de tous les DLC sortis au Japon. Tactique, combats, RPG, c‘est finalement la difficulté elle-même qui risque de freiner les joueurs les moins aguerris. Pour les autres, il y a de quoi faire !

Note : 15/20

En conclusion, exigeant et complexe "Grand Kingdom" ne conviendra pas à tous les joueurs. Certes, le soft est un véritable tactical-RPG de très bonne facture, mais les menus chargés rendent la navigation brouillonne et rebutante. Les textes uniquement en anglais refroidiront les joueurs les moins à l’aise avec la langue de Shakespeare. En revanche, si vous êtes un fan du genre et que vous attendiez un titre pour votre PS4 ou PSVita, foncez ! Le titre se montrera par moment impardonnable en termes de difficulté, mais sa richesse sera à la hauteur de votre pugnacité. "Grand Kingdom" remplit sans trahir ses objectifs et l’équilibre action / combat est trouvé. Une fois les mécaniques de jeu acquises et le mode solo maîtrisé, les joueurs qui se lanceront dans le mode en ligne pourront ainsi se mesurer aux autres équipes ayant tout autant qu’eux envie de batailler avec des mercenaires formés et améliorés par de véritables joueurs aussi investis et acharnés qu’eux.

L'avis des lecteurs :
Nous n'avons pas encore d'avis, partagez votre avis avec tous !
Pseudo :
Votre avis :
captcha* :
info utiles - Le Journal de la Next-Gen www.gamoniac.fr www.insert-coin.fr www.guglielmu.eu www.petitsjeux.fr whim.fr www.adam-et-ender.com
© 2017 Copyright "Geek4Life.fr". Tous droits réservés.
Tous les contenus du site Geek4life.fr sont protégés par les lois françaises et internationales du droit d'auteur. - Toute reproduction même pariel est interdite sans autorisation écrite du site.
- L'ensemble des marques cités et crédits photo sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs.