1516919538.jpg 1516919499.jpg 1516919492.jpg 1516919482.jpg
Site partenaire callofduty
"Fidèle en tout point à son modèle, "Carcassonne: The Official Board Game" est une adaptation exemplaire sur la forme, belle et ergonomique, mais manquant de contenu pour totalement convaincre. "
Geek4Life
Carcassonne:
The Official Board Game

Le jeu de plateau à succès Carcassonne se voit une nouvelle fois adapté en jeu vidéo. Dix ans après la première mouture les choses ont-elles changé au pays des Meeples ?

Adapter un jeu de plateau en jeu vidéo peut sembler facile. Après tout les règles sont déjà créées et il « suffit » de les re ?transcrire sur un autre support. Pourtant deux défis de tailles sont à surmonter ! Tout d’abord l’ergonomie, puisque l’adaptation doit être simple à prendre en main et facilement compréhensible pour les personnes qui ne connaissent pas le jeu de base. Là-dessus rien à redire, ce nouveau Carcassonne est aussi beau qu’intuitif. Mais il se pose aussi la question de l’innovation. Faut-il essayer d’adapter les règles, comme l’avait fait le premier Blood Bowl, ou suivre le modèle à la lettre ? Si vous ne connaissez pas les règles de Carcassonne en voici un résumé : Le jeu fait s’affronter de 2 à 6 joueurs qui posent à tour de rôle des tuiles afin de construire le terrain de jeu et aussi en prendre le contrôle. Chaque tuile est composée de plusieurs éléments (villes, champs, routes ou abbayes) que les joueurs doivent faire concorder au fur et à mesure de la partie. Ainsi, vous ne pourrez pas poser un champ au beau milieu d’une ville ou couper une route en deux. Le jeu commence donc avec une seule tuile, les autres constituant la pioche. Chacun leur tour les joueurs piochent une tuile au hasard et la dispose sur le terrain en respectant les tuiles déjà placées. Après avoir placé sa tuile le joueur peut y poser, s’il le souhaite, un de ses pions, un meeple. S’il accepte Il devra alors choisir quel élément de la tuile il choisit de contrôler. Par exemple, si vous posez une tuile avec un morceau de ville et un champ séparés par une route, vous pourrez placer votre meeple sur un de ces trois éléments. C’est en terminant les éléments ainsi revendiqués, comme en achevant une ville ou en complétant une route, que vous récupérerez vos meeples. Vous en avez 7 au total et vous ne pouvez en poser qu’un seul par tour.




La partie se termine quand il n’y a plus de tuiles à piocher dans la pile de 72 cartes. Puis, on fait le décompte des points en fonction des zones contrôlées par chaque joueur. Celui en ayant le plus remporte évidemment la partie. Dans le cas de cette adaptation, aucune prise de risque, on se retrouve devant une copie fidèle en tout point au jeu de Klaus-Jürgen Wrede. Un peu trop fidèle même, puisque le manque de fantaisie et de souplesse confine à l’austérité. Le titre ne dispose que d’un nombre famélique de paramètres pour personnaliser ses parties. Pas moyen de faire varier le nombre de meeples à disposition, de constituer des équipes, d’avoir plus de choix de tuiles (par exemple en piochant deux tuiles puis en en choisissant une pour le tour) ou de déterminer un temps limite par tour. Ce manque de flexibilité couplé au maigre contenu rend le jeu assez vite redondant. Le jeu de plateau a connu plus d’une dizaine d’extensions, tandis que cette version, vendue 15 euros, n’en propose que deux. Toutefois, vous pourrez accéder gratuitement au supplément Abbé qui introduit les jardins et les abbés, un type de meeple bien pratique puisque vous pouvez les faire remonter dans votre main quand bon vous semble. Et si vous êtes prêt à débourser 1 euro de plus vous obtiendrez le supplément Rivière, dans lequel chaque partie commence par la création d’une rivière avec une source et un lac. On peut donc supposer que de nouveaux suppléments viendront enrichir cette adaptation mais, en l’état, le contenu semble bien maigre. Autre souci, l’aspect aléatoire du jeu ne favorise pas l’IA. Ainsi il n’est pas rare de voir une IA difficile se faire battre par son homologue « facile ». On se consolera en se disant que le jeu permet des parties en local et en ligne qui ne souffrent d’aucun temps mort.

Jean-Marc Pichot
Graphismes : 14/20

Le titre s’en sort très bien visuellement ! Le jeu est beau, avec des couleurs bien chatoyantes, et très lisibles grâce à deux caméras. Les petites animations, lorsqu’on complète une ville ou une route, ajoutent une dose de dynamisme bienvenue.

Gameplay & prise en main : 14/20

La prise en main est quasi immédiate et l’on s’amuse rapidement à chercher les meilleurs combines pour rafler le maximum de points. Dommage que les options de paramétrage de partie soient si restreintes. On regrette également que cette version ne contienne que le jeu de base avec l’extension Abbé. Pour 15 euros, nous aurions souhaité une version plus fournie en contenu.

Musique et bruitages : 13/20

La musique et les bruitages nous immergent efficacement dans l’ambiance médiévale de Carcassonne. La musique, rythmée et entraînante, nous accompagne agréablement tout au long de nos nombreuses parties. Dommage qu’il n’y ait qu’un seul morceau.

Durée de vie : 12/20

La possibilité de pouvoir jouer en local comme en ligne, ainsi que la solidité du gameplay, incitent à enchaîner les parties. En revanche, le manque de contenu et de flexibilité dans le paramétrage des parties nuisent à la rejouabilité du titre.

Note : 13/20

Fidèle en tout point à son modèle, « Carcassonne : The Official Board Game » est une adaptation exemplaire sur la forme, belle et ergonomique, mais manquant de contenu pour totalement convaincre. Pourtant, le jeu de plateau a connu de nombreuses variantes et extensions. Il en résulte que le titre enchante au premier abord, les parties s’enchaînant avec plaisir aussi bien en ligne qu’en local, mais l’ennui pointe un peu trop vite le bout de son nez.

L'avis des lecteurs :
Nous n'avons pas encore d'avis, partagez votre avis avec tous !
Pseudo :
Votre avis :
captcha* :
info utiles - Le Journal de la Next-Gen www.gamoniac.fr www.insert-coin.fr www.guglielmu.eu www.petitsjeux.fr whim.fr www.adam-et-ender.com
© 2018 Copyright "Geek4Life.fr". Tous droits réservés.
Tous les contenus du site Geek4life.fr sont protégés par les lois françaises et internationales du droit d'auteur. - Toute reproduction même pariel est interdite sans autorisation écrite du site.
- L'ensemble des marques cités et crédits photo sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs.