1567253782.jpg 1567253755.jpg 1567253700.jpg 1567253689.jpg 1567253681.jpg 1567253652.jpg 1567253637.jpg
Site partenaire callofduty
"Après 5 ans d'attente, Age of Wonders reprend du service, toujours avec Triumph Studios aux commandes. Mais aujourd’hui, cette série de jeux de stratégie au tour par tour dit adieu à l’heroic fantasy, pour partir sur les sentiers de la SF post apocalyptique."
Geek4Life
Age of Wonders: Planetfall

Après 5 ans d'attente, Age of Wonders reprend du service, toujours avec Triumph Studios aux commandes. Mais aujourd’hui, cette série de jeux de stratégie au tour par tour dit adieu à l’heroic fantasy, pour partir sur les sentiers de la SF post apocalyptique.

Née dans les années 2000, la licence Age Of Wonders s'est rapidement imposée comme un sérieux concurrent à Heroes Of Might And Magic. Après plusieurs années d’absence, la série marque son grand retour sur PC et consoles avec Planetfall, Triumph Studios en profite pour chambouler la donne, en redynamisant la formule tout en changeant de cadre. L'action se situe dans le futur, alors que l'humanité avait conquis la galaxie sous la bannière de la Star Union. Mais un cataclysme d’ampleur titanesque et d'origine inconnue mit un terme définitif à l'essor de cet empire galactique. Les survivants se divisèrent alors en petits groupes qui finirent par donner naissance à de nouvelles nations. Planetfall propose six factions au style de jeu unique. Vous trouverez tout d’abord les survivants restés loyaux à la Star Union, les Vanguards, puis les Dvars, une race de nains de l’espace, les Kir’kos, une espèce insectoïde rappelant les Zergs de Starcraft, mais aussi le Syndicat, un groupe mafieux spécialisé dans l’espionnage. Et encore l’Assemblée, une faction de cyborgs-zombies et, enfin, les Amazones, qui combinent un armement de pointe à des dinosaures. Chaque faction offre une approche bien particulière, que ce soit sur le plan des unités ou des technologies. Ainsi, la plupart des unités Vanguards peuvent passer en mode Vigilance pour tirer durant le tour ennemi si jamais une cible se déplace dans leur ligne de mire. Bien pratique pour attendre au tournant des escouades spécialisées dans le corps à corps. De leur côté, les Dvars savent créer des tranchées en un clin d’oeil. Quant à l'infanterie de l'Assemblée, elle est capable de se repaître de ses adversaires pour récupérer des points de vie. Le titre dispose d'un didacticiel très prenant, mais hélas bien trop court pour couvrir l’ensemble des éléments de gamedesign. Une fois dans le grand bain, on se rend vite compte qu’il nous reste encore beaucoup de choses à apprendre. C'est là qu'on risque fort de se sentir perdu, entre les recherches, les quêtes, les opérations spéciales, les héros et autres. Malgré une solide encyclopédie détaillant le gameplay, il faut avouer que l'ensemble n'est pas toujours très clair. Pour couronner le tout, le titre souffre d'une ergonomie franchement peu pratique. Préparez-vous à un long temps d’adaptation avant d’avoir le jeu parfaitement en main. Heureusement tout est sous-titré en français, et la richesse du gameplay donne vraiment envie de s’accrocher pour en voir plus. Planetfall profite également d’une excellente campagne solo, dotée d’une narration captivante, qui vous permettra de vous exercer tout en découvrant le contexte du grand cataclysme. Vous pourrez aussi vous lancer dans des escarmouches en solo et en multijoueur en ligne, ou en local grâce à un mode hotseat fort bienvenu. Cerise sur le gâteau, le jeu incorpore le Steam Workshop, ce qui laisse présager du meilleur pour l’avenir du titre.


Quand Endless Legend rencontre X-COM

Planetfall est un jeu de stratégie de type 4X (pour explore, exploite, expand, exterminate) très axé combat. Le gameplay se divise en deux phases. Une phase stratégique sur une carte globale, comme ce qu’on peut trouver dans Civilization ou Endless Legend, et une phase tactique, rappelant X-COM, lors des affrontements. Les combats tiennent une place prépondérante, et même si l’on peut les résoudre automatiquement, il faut bien comprendre que tout le sel du titre réside dans les escarmouches. De nombreuses recherches vous permettront de débloquer de nouvelles unités, de l’armement et surtout des mods pour votre armée. Chaque unité peut recevoir 3 mods pour obtenir toutes sortes d’avantages : meilleure armure, capacité de soin, nouveau type de dégât (saignement, brûlure, électrification, etc.), grenade, détecteur, etc. Certains mods ont des restrictions, comme de ne pouvoir être installé que sur des unités biologiques, mais dans l’ensemble vous pouvez les combiner comme bon vous semble pour créer les mix dont vous avez besoin. Car, comme une escouade ne peut contenir que 6 unités au maximum, il est crucial de bien la composer et de l’équiper avec soin. Si les combats se révèlent très pointus, les parties diplomatiques, économiques et sociétales se réduisent à des aspects purement fonctionnels. Là dessus, Planetfall est loin derrière Endless Legend ou Civilization. La carte est divisée en régions de différentes tailles que vous pourrez contrôler en envoyant un colon s'y établir. Une fois la ville installée, vous n'aurez plus qu'à attendre qu'elle grossisse suffisamment pour annexer les zones alentours. Vous pourrez alors y construire des aménagements en fonction des ressources qu'elles produisent (nourriture, production, science, énergie). Vous devrez veiller au bonheur de vos citoyens en dotant vos villes d'installations de loisir. Il vous sera également possible d’y construire des défenses et des bâtiments pour produire des unités spécialisées, ainsi que des améliorations pour vos zones colonisées.

Un 4X musclé

En plus des factions majeures, vous trouverez des factions neutres, voire hostiles. Elles vous permettront d'obtenir des types d'unités inédites, si vous parvenez à les soumettre ou à établir de bonnes relations diplomatiques. Notez que toutes les unités peuvent monter de niveau et que les héros peuvent même gagner de nouvelles compétences. Dernier point de gameplay qui a son importance : au fil de la partie vous débloquerez des opérations stratégiques, des opérations spéciales et des doctrines. Les premières sont utilisées sur la carte globale, pour installer un site de surveillance, ralentir l'ennemi, ou révéler la menace la plus proche de votre colonie, par exemple. Les secondes servent à déclencher des actions offensives et défensives durant les combats. Ainsi, vous pourrez effectuer des bombardements, des tirs de canon laser orbital, envoyer des drones de soutien, ou encore larguer des renforts. Enfin, les doctrines accorderont différents avantages à l'ensemble de votre empire. Mais attention, le nombre de doctrines actives est limité, alors à vous de faire le bon choix. En clair, il y a beaucoup de choses à faire et on ne voit pas le temps passer ! L'ensemble nous a semblé bien équilibré, même si une ressource se révèle être le véritable nerf de la guerre :l'énergie. Comme elle sert aussi bien à produire des unités, à accélérer la construction des bâtiments, qu'à lancer des opérations stratégiques et spéciales, on a vite fait de se focaliser sur cette ressource et d'en oublier le reste. Niveau rejouabilité, si au début n'avoir que 6 factions majeures à se mettre sous la dent a de quoi faire peur, au final il n'en est rien. Chaque race dispose de nombreux héros ayant des traits particuliers. Même si ça ne change pas radicalement le gameplay, cela introduit suffisamment de petites différences pour relancer l’intérêt des parties sur le long terme. En prime, vous pourrez créer vos propres commandants et les personnaliser aussi bien sur le plan l'apparence que des caractéristiques. Ainsi, vous profiterez d'une faction qui colle à votre style jusqu'au bout des ongles.

Jean-Marc Pichot
Graphismes : 15/20

Planetfall propose de beaux modèles 3D et une palette de couleurs chaleureuse. Les décors sont verdoyants et on évite les ambiances trop austères récurrentes en SF. En combat, le résultat s'avère propre et fluide, même si certains effets dénotent, comme les zones enflammées qui ne sont pas à la hauteur du rendu général. Dommage aussi que les animations au corps à corps manquent de pèche. On notera que les écrans de chargement sont illustrés par de superbes artworks, trop peu nombreux hélas.

Gameplay & prise en main : 15/20

Le titre offre de nombreuses possibilités, mais s'axe essentiellement sur le combat. Les questions diplomatiques, économiques et politiques restent en retrait, ce qui risque d'en frustrer plus d'un. Rassurez-vous, l'aspect tactique vous occupera un bon moment, à ce niveau il y a vraiment de quoi faire. Seul véritable bémol, le jeu souffre d’une ergonomie laborieuse, exigeant un bon moment d'adaptation avant de se sentir à l’aise.


Musique et bruitages : 14/20

Les bruitages associés aux dialogues en anglais sont convaincants et nous plongent efficacement au coeur de l’action. Globalement, les thèmes musicaux collent bien à l’ambiance du jeu. Planetfall mélange des musiques douces, ou lyriques, à des partitions plus rock’n roll. Mais on regrette que l’ensemble manque de variété et reste trop en retrait. Au final, la bande son nous accompagne agréablement durant nos longues heures de jeu, mais rien de mémorable ne perdure une fois l'écran éteint.

Durée de vie : 18/20

Planetfall peut compter sur une solide durée de vie grâce à une grosse campagne qui vous demandera, à elle seule, une soixantaine d'heures de jeu. Le mode escarmouche complète le tableau en offrant une expérience multijoueur, entièrement paramétrable, que ce soit en local ou en ligne. Niveau rejouabilité, les différences de gameplay offertes par les 6 factions, ainsi que la possibilité de créer ses propres commandants, permettent d’éviter la lassitude sur le long terme.

Note : 16/20

Age of Wonders: Planetfall est un excellent jeu de stratégie, mais qui ne conviendra pas à tout le monde. Si vous recherchez un 4X qui développe aussi bien l’aspect politique, économique, diplomatique, que militaire, alors autant vous tourner vers Civilization ou Endless Legend. En revanche, si vous souhaitez découvrir un titre principalement axé sur les combats, vous pouvez y aller les yeux fermés. Au niveau tactique, Planetfall n’a rien à envier aux ténors du 4X, bien au contraire il pourrait leur donner des leçons. En revanche, pour en profiter, il faut s’accrocher. Le didacticiel ne couvre qu’une petite partie des mécaniques de jeu et l’ergonomie se révèle peu pratique. La patience sera donc la clé pour profiter de toute la richesse du dernier bébé de Triumph Studios.

L'avis des lecteurs :
Nous n'avons pas encore d'avis, partagez votre avis avec tous !
Pseudo :
Votre avis :
captcha* :
info utiles - Le Journal de la Next-Gen www.gamoniac.fr www.insert-coin.fr www.guglielmu.eu www.petitsjeux.fr whim.fr www.adam-et-ender.com
© 2019 Copyright "Geek4Life.fr". Tous droits réservés.
Tous les contenus du site Geek4life.fr sont protégés par les lois françaises et internationales du droit d'auteur. - Toute reproduction même pariel est interdite sans autorisation écrite du site.
- L'ensemble des marques cités et crédits photo sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs.