1569171120.jpg 1569171104.jpg 1569171097.jpg 1569171086.jpg 1569171074.jpg 1569171063.jpg 1569171056.jpg 1569171042.jpg 1569171029.jpg 1569171019.jpg 1569171011.jpg 1569171001.jpg
Site partenaire callofduty
"Ce remake n'est pas exempt de défauts, mais quel plaisir de retrouver l'épisode Game Boy (1993) en 3D et modernisé de fond en comble ! Cette version Switch est juste - indispensable - si, comme nous, vous êtes fan de la saga. 26 ans après sa sortie en version "monochrome", cette relecture HD nous a conquis."
Geek4Life
The Legend of Zelda
Link's Awakening - Switch

26 ans après la version Game Boy (1993), "The Legend of Zelda Link's Awakening" est de retour sur Nintendo Switch, sous la forme d'un "remake" en 3D et agrémenté d'un design façon jouets en plastique plutôt mignons. Gageons que cette relecture fera mouche autant auprès des nostalgiques que des plus jeunes n'ayant pas connu l'original. Passées les premières minutes, l'aventure est-elle aussi mémorable qu'espéré ?

Episode culte pour de nombreux fans de "Zelda", Link's Awakening faisait partie des indispensables sur GameBoy, au même titre que l'illustre Tetris. Il faut rappeler que cette aventure était particulièrement réussie, bénéficiant d'une ambiance et d’une réalisation de haut vol pour l'époque. Si vous n'avez jamais joué à la version originale de 1993, précisons que l'aventure ne se déroule pas dans le Royaume d'Hyrule (comme d'habitude), mais sur l’île de Cocolint. Là où Link, notre héros, s'est échoué après une terrible tempête. S'en suit de nombreuses rencontres avec les autochtones (dont ceux du fameux village des Mouettes), une collecte de rubis et d’items (épées, boucliers, grappins, bombes, etc.) et une progression rythmée par les combats, l'exploration de l'île et ses donjons où logent les indispensables boss. Et, à terme, il faudra - comme en 1993 - réveiller le « Poisson-Rêve » pour que Link puisse quitter l’île de Cocolint. Le pitch est connu de beaucoup d'entre-nous ! Malgré l'absence de surprises pour tous ceux qui, comme nous, avait fini l'opus sur Game Boy, nous avons beaucoup apprécié les changements opérés. La version originelle - minimaliste et forcément datée en 2019 - a été intégralement revue pour son come-back sur Nintendo Switch ! Outre l'ajout de la couleur, nous ne pouvons qu’apprécier le passage à la 3D et une réalisation artistique diablement efficace façon"mignons jouets en plastique. Les personnages et décors bénéficient d'un traitement graphique "enfantin" qui colle parfaitement à l'esprit de cet épisode. Qu'il s'agisse des décors intérieurs (maisons, donjons...) ou de l'exploration en extérieur, "The Legend of Zelda Link's Awakening" est une vraie réussite ! Malgré notre plaisir de redécouvrir l'île 26 ans plus tard, il faut tout de même composer avec de légers ralentissements. De toute évidence, l'optimisation n'est pas irréprochable. Un défaut à connaître en regard du prix de lancement (65 € en moyenne).



Le même en mieux !

Nous aurions pu craindre, pour assurer la surprise, un renouvellement, par de multiples changements, de la version Game Boy. Mais non ! Nintendo a été très respectueux de l'oeuvre originelle (et de nos souvenirs par la même occasion). En témoigne la progression à l'identique. De fait, c’est le même jeu, en mieux. Avec le plaisir de retrouver, par exemple, le fameux mini-jeu dédié à la pêche. L'exploration des donjons conserve le charme de l'époque, avec la collecte des clés, les coffres à trésor et d'innombrables ennemis à combattre. Switch en main, l’ergonomie a aussi progressé avec l'arrivée de boutons additionnels à ceux de la Game Boy. Ce qui se traduit par un confort accru. Sur le plan de la difficulté, cet épisode est parfaitement calibré pour plaire à un large public. Qu'il s'agisse des plus jeunes ou d'adultes nostalgiques, la progression est vraiment simple. Précisons que le jeu se termine en moins de dix heures (8 en moyenne). Le sachant, le prix (65 €) peut paraître élevé. C’est sans compter avec le fait qu'au delà de l'exploration en 3D isométrique (en vraie 3D !), certains passages de plates-formes (en 2D) dynamisent l'aventure. Ce qui s’avère très sympa.

L'effet Madeleine de Proust

Nul doute que "The Legend of Zelda Link's Awakening" est la "madeleine de Proust" de beaucoup d'entre nous. Gageons que son remake connaîtra un franc succès commercial. Y compris sur la toute nouvelle Switch Lite ! Pour notre part, nous avons regretté les légers ralentissements mais, pour le reste, c'est du tout bon. L’ambiance est toujours aussi géniale et bon enfant, le gameplay intuitif et renouvelé. Pour parfaire son arrivée sur Switch, Nintendo a eu la bonne idée d'intégrer un éditeur de donjons. A vous de vous improviser créateur de jeu vidéo, puis de tester votre propre aventure. Un "plus" bienvenu. Enfin, notez que le soft est compatible avec "amiibo", la figurine (vendue séparément) et qui permet de recevoir le piège "Link noir" à utiliser dans vos donjons-mosaïques. En conclusion, nous vous recommandons vivement ce remake. Et ce, même s'il se termine relativement rapidement. Un futur classique du catalogue exclusif de la Switch.

Geek4Life
Graphismes : 17/20

La nouvelle direction artistique est aussi mignonne qu'esthétique avec un design façon "jouets en plastique". Le respect de l'oeuvre originelle sur Game Boy est scrupuleuse. Si nous avons adoré redécouvrir l'île de Cocolint en 3D, agrémentée de belles couleurs vives, il faut savoir que le soft souffre de légers ralentissements. Dommage, mais cela n'est pas rédhibitoire.

Gameplay & prise en main : 17/20

Nous retrouvons le gameplay de 1993. La progression est très facile et la prise en main encore plus intuitive grâce aux nouveaux boutons qu'offre la Switch. Nous avons eu plaisir à réveiller le "Poisson-Rêve" et explorer en 3D les fameux donjons. Un épisode culte parfaitement remis au goût du jour !

Musique et bruitages : 17/20

Entièrement réorchestré, "The Legend of Zelda Link's Awakening" offre une bande-son parfaitement en phase avec nos attentes. Le thème est toujours aussi entêtant et les bruitages font honneur à la Switch.

Durée de vie : 14/20

Seul bémol : à vouloir respecter la version originale sur Game Boy, l'aventure se boucle rapidement (8 heures en moyenne) et la progression est vraiment facile. Heureusement, un éditeur de donjons est présent sur Switch, mais à considérer le prix de lancement, il est dommage d'arriver aussi vite au générique de fin. Reste que le plaisir de retrouver l'un des meilleurs "Zelda" ne nous fait pas regretter notre achat.

Note : 17/20

Ce remake n'est pas exempt de défauts : légers ralentissements, durée de vie limitée, difficulté "trop facile"... Mais quel plaisir de retrouver l'épisode Game Boy (1993) en 3D et modernisé de fond en comble ! Cette version Switch est juste - indispensable - si, comme nous, vous êtes fan de la saga. 26 ans après sa sortie en version "monochrome", cette relecture HD nous a conquis. Un futur "classique" de la ludothèque Switch. Nul doute que ce remake fera un carton à Noël 2019.

L'avis des lecteurs :
Le mardi 01 octobre 02:52
Super, rien à dire. Je crois aussi que pour nous qui avons (re)terminé sur la version monochrome et la version DX sur Game boy color, c'est une véritable joie baigné d'une nostalgie que Nintendo nous offre. Bien sûr avec nos yeux ?gatés? d'aujourd'hui par les graphismes poussés, cette modélisation polie isométrique est un peu radioactive par ses performances. En tous cas, c'est une perche pour la nouvelle génération et une fierté pour former le chainon manquant de la série que la Switch nous offre, le prélude de la série et son cheminement majestueux.
Peter's
Pseudo :
Votre avis :
captcha* :
info utiles - Le Journal de la Next-Gen www.gamoniac.fr www.insert-coin.fr www.guglielmu.eu www.petitsjeux.fr whim.fr www.adam-et-ender.com
© 2019 Copyright "Geek4Life.fr". Tous droits réservés.
Tous les contenus du site Geek4life.fr sont protégés par les lois françaises et internationales du droit d'auteur. - Toute reproduction même pariel est interdite sans autorisation écrite du site.
- L'ensemble des marques cités et crédits photo sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs.