1645635175.jpg 1645635170.jpg 1645635165.jpg 1645635159.jpg 1645635153.jpg 1645635146.jpg 1645635138.jpg 1645635132.jpg 1645635124.jpg
Site partenaire callofduty
"SNK nous livre ici un exutoire plaisant et dynamique, assez profond pour retenir les aficionados de “versus fighting” et suffisamment accessible pour plaire aux néophytes. Reste que l'évolution depuis "The King of Fighters XIV" (2016) s'avère assez mince. Surtout à juger de la concurrence qui, féroce, occupe déjà le terrain dans l'Hexagone. "
Geek4Life
The King of Fighters XV

Six ans après la sortie du 14ème épisode, qui avait marqué son passage à la 3D, “The King of Fighters” revient sur le devant de la scène ! Mais aujourd’hui la concurrence est rude, entre “Mortal Kombat 11”, “Street Fighter V”, “Dragon Ball FighterZ” ou encore “Guilty Gear Strive”, qui est sorti l’année dernière, il faut avoir de sérieux atouts pour s’imposer. Le dernier né de SNK se montre-t-il à la hauteur de ses illustres rivaux ? Comme nous allons le voir, ce nouveau volet apporte bien son lot de nouveautés, sans pour autant chambouler les habitudes de la franchise.

Si les jeux de combat en 2D ont un peu moins la cote qu'à la fin des années 90 (époque des mythiques salles d'arcade), ce registre reste une "niche" importante de l'industrie vidéoludique. C'est pourquoi les fans de "baston" - dont nous faisons partie - attendaient avec intérêt le 14 février 2022, date de sortie de "The King of Fighters XV" sur PC et consoles. Connue pour son expertise en matière d'exutoire, la société japonaise SNK multiplie les déclinaisons de sa recette depuis 1994. Offrant à chaque nouvelle version (au fil des générations de consoles) de multiples arguments pour séduire les amateurs de combats "techniques". “The King of Fighters XIV” avait fait évoluer le style graphique de la série en abandonnant les sprites pour adopter des modèles 3D. Ce nouveau volet reste dans la même veine, avec un rendu plus soigné que son prédécesseur, et des combats toujours très fluides et dynamiques. Mais ne vous attendez pas à une claque visuelle. On sent bien que les budgets limités de SNK ne leur permettent pas de rivaliser avec les standards actuels. L’aspect “plastique” des personnages risque d’en décevoir certains, mais la variété du casting fait plaisir à voir, avec 39 personnages à se mettre sous la dent. La force de ce 15e "KOF" est la richesse des styles de jeu à disposition. Et ce, afin que chacun y trouve son bonheur. Ce nouveau volet signe le retour du mode classique “3V3”, dans des affrontements qui ne vous permettront pas de permuter vos combattants. De plus, contrairement aux jeux Naruto, ou à “Dragon Bal FighterZ”, vos deux personnages de réserve ne pourront pas non plus soutenir leur camarade avec des “Assists”. Un schéma assez classique qu’on aurait aimé voir évoluer, même s’il a l’avantage d’offrir des combats très lisibles, où on peut se concentrer pleinement sur les deux combattants en jeu. Vous trouverez également des combats en “1V1”, des tournois et un mode Histoire qui se résume à une série de combats se terminant par un boss assez décevant.


Un jeu efficace, mais trop classique

Puisqu’on parle des modes de jeu, “The King of Fighters XV” propose un mode Tutoriel, Mission et Entrainement pour vous familiariser avec les commandes. Certes, cela permettra d’acquérir des bases solides, mais on aurait vraiment aimé que ce nouveau volet place la barre plus haut, à l’image d’un “Guilty Gear” qui reste un modèle d’apprentissage. Heureusement, le jeu est entièrement traduit en français ce qui facilitera la compréhension pour les non anglophones. Le titre s’appuie également sur un solide mode En Ligne, offrant de nombreuses règles pour pimenter les combats, un mode Spectateur, des replays et un système de création de lobby très réussi. En outre, le rollback netcode a été intégré afin de réduire les lags pendant les parties en ligne, offrant ainsi des matchs bien fluides. Enfin, vous trouverez un mode Dj et Galerie pour accéder aux voix des personnages et à plus de 300 chansons provenant de tous les épisodes de la saga, ainsi qu’aux cinématiques du jeu et à un court métrage animé de Masami Obari. Dommage que “KOF XV” s’arrête là et fasse l’impasse sur un mode Survie, Time Attack ou Défis, par exemple.



Manette en main, c’est un plaisir de retrouver des héros issus des années 90 (l'époque de la NEO GEO), comme Terry Bogard, Lori Yagami ou encore Mai Shiranui, et d’accueillir 3 petits nouveaux, Dolores, Isla et Krohnen. Avec leurs styles de combat bien particuliers, ils offrent un bel ajout à ce nouvel opus et ne déméritent pas face au reste du casting. Niveau gameplay, la formule ne change pas vraiment. On reste dans les classiques quarts de cercle, coups faibles et forts, avec une barre de Spécial qui se remplit au fil des attaques. Vous pourrez également faire des roulades défensives et des « Shatter Strikes », une nouvelle mécanique permettant de contrer les attaques ennemies. Le jeu est nerveux et technique, mais s'avère malgré tout accessible aux débutants. Grâce à un enchainement de boutons très simple, et adaptable à notre niveau de Spécial, il est possible de déclencher un déluge de combos spectaculaire ! Comme toujours, il y a deux écoles : celle des puristes qui prendront le temps d'étudier - avec attention - les nombreux coups spéciaux qu'offre ce 15e épisode, et celle des novices qui, eux, maltraitent frénétiquement la manette pour animer (sans prise de tête) les avatars de pixels. Le tout dans de nouveaux environnements qui foisonnent de détails. Dans tous les cas, l'amusement est une fois de plus de la partie. “KOF” reste un divertissement propice à s'amuser entre amis ou fans de compétitions (façon "e-sport").

Olivier LeGeek & Jean-Marc Pichot
Graphismes : 16/20

Sans être époustouflant, le rendu est propre et bénéficie d'un soin évident en 4K (notamment en version PS5). L’ensemble est coloré, bien fluide et très lisible, avec un casting de premier choix, évoluant dans des décors soignés.

Gameplay & prise en main : 13/20

Le jeu s’avère nerveux et profite d’une bonne prise en main. Les débutants y trouveront leur compte grâce à des combos faciles à exécuter, tandis que les pros de la manette peaufineront le timing de leur "Cancel” pendant des heures dans le mode Entrainement.

Musique et bruitages : 16/20

Vous allez être servi avec le mode Dj qui compile 300 chansons issues de toute la série ! L’ambiance sonore se révèle très convaincante, avec des doublages et des bruitages aux petits oignons.

Durée de vie : 15/20

“The King of Fighter XV” ne brille pas par la diversité de ses modes de jeu, mais si vous êtes un puriste de la baston, prêt à passer des heures à maitriser un personnage, et que vous souhaitez surtout tâter du mode en Ligne, alors ce nouveau volet saura vous retenir un long moment devant votre écran.

Note : 16/20

SNK nous livre ici un exutoire plaisant et dynamique, assez profond pour retenir les aficionados de “versus fighting” et suffisamment accessible pour plaire aux néophytes. Reste que l'évolution depuis "The King of Fighters XIV" (2016) s'avère assez mince. Côté modes de jeu, le titre se limite au "minimum syndical". Dommage après 6 ans d'attente ! L'intérêt est avant tout d'en profiter en multijoueur (avec des amis) ou - une fois maître des commandes - sur Internet afin de défier la communauté. En l'état, il reste donc une vraie marge de progression à SNK pour faire de son bébé un incontournable du marché. Surtout à juger de la concurrence qui, féroce, occupe déjà le terrain dans l'Hexagone (voir les illustres "Street Fighter" et "Mortal Kombat").

L'avis des lecteurs :
Nous n'avons pas encore d'avis, partagez votre avis avec tous !
Pseudo :
Votre avis :
captcha* :
www.gamoniac.fr info utiles - Le Journal de la Next-Gen www.insert-coin.fr whim.fr www.adam-et-ender.com
© 2022 Copyright "Geek4Life.fr". Tous droits réservés.
Tous les contenus du site Geek4life.fr sont protégés par les lois françaises et internationales du droit d'auteur. - Toute reproduction même pariel est interdite sans autorisation écrite du site.
- L'ensemble des marques cités et crédits photo sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs.