morrowindxbox.jpg 1524671100.jpg 1524671093.jpg 1524671082.jpg 1524671076.jpg 1524671068.jpg
Site partenaire callofduty
"Qu'il est dur de revoir à la baisse la note d'un jeu aussi mythique que The Elder Scrolls III Morrowind. Mais il faut se rendre à l'évidence. Le titre est toujours aussi bon et bénéficie d'éléments de gameplay encore redoutables. À l'inverse, même si les graphismes ne sont pas essentiels pour faire d'un jeu un chef-d’œuvre, le rendu visuel de 2002 pique les yeux en 2018."
Geek4Life
The Elder Scrolls III Morrowind
Rétro-compatible Xbox ONE

Alors que The Elder Scrolls Online s’apprête à accueillir "Summerset", sa nouvelle extension, la Xbox One devient rétro-compatible avec le mythique "The Elder Scrolls III Morrowind", sorti en 2002 sur la première génération de Xbox. Mais, en 2018, que vaut l’ancêtre de Skyrim et d'Oblivion ? Est-il toujours mémorable malgré le poids des ans ?

Depuis avril 2018, Microsoft permet aux heureux possesseurs du jeu originel « The Elder Scrolls III Morrowind » sorti en 2002 sur la première génération de Xbox, de profiter gratuitement de la rétrocompatibilité sur la Xbox One. Une excellente nouvelle ! Quant à ceux qui, 16 ans plus tard, n'ont plus le disque, ils peuvent le télécharger sur le Store pour une quinzaine d'euros. Dans tous les cas, à l'instar des autres jeux rétro-compatibles, il faut impérativement - quelle que soit la version - passer par la case "téléchargement" avant de lancer le soft. Testé par notre rédaction, "The Elder Scrolls III Morrowind" nous a permis de retrouver un sentiment de liberté jubilatoire et une ambiance unique. L’ancêtre d'Oblivion avait clairement un gameplay profond et riche en subtilités pour l'époque. Mais entrons dans le vif du sujet, car les plus jeunes d'entre nous n'ont pas eu la chance de profiter de "The Elder Scrolls III Morrowind" en 2002 ! Si tel est votre cas, et si vous avez aimé "Oblivion" et "Skyrim", cette rétrocompatibilité devrait vous intéresser... Alors oui, techniquement, "The Elder Scrolls III Morrowind" est loin des standards actuels ! Outre ses textures fades et baveuses et ses modélisations 3D sommaires (faites pour nos cartes "Ge-Force 2 MX" de l'époque), il faut composer avec une distance d'affichage risible où un épais brouillard obstrue l'affichage des éléments du décor. Les clippings sont donc assez violents. Malgré ces défauts cosmétiques, nous devons nous rendre à l'évidence : "The Elder Scrolls III Morrowind" demeure l’un des meilleurs opus de la franchise. Pour rappel, vous débutez l'aventure sous les traits d'un prisonnier (à l'instar d'Oblivion), libéré en arrivant par bateau dans la région de Morrowind. Comme dans de nombreux RPG, vous avez à déterminer la race (parmi un vaste panel), le sexe et l'apparence de votre personnager. Puis vient le temps de déterminer ses compétences et avantages, notamment grâce à son signe astrologique. Ce qui permet d'affiner une orientation vers un avatar de Guerrier, Mage ou voleur... Après ce bref préambule, place à la liberté ! L'occasion d'aller parler aux habitants du village de "Seyda Nihyn" où votre navire vient d'accoster, afin d'obtenir vos premières quêtes, et d'acheter à l’auberge de nouvelles armes et vêtements. À moins que vous ne préfériez vous entraîner au combat contre la faune locale ? Plus vous pratiquez une discipline, meilleur est votre personnage. Le sachant, plus vous sautez, et meilleures sont vos performances en saut. Plus vous maniez votre arc, et plus votre avatar devient un bon archer, etc, etc. Et c’est vrai pour toutes les domaines et compétences : commerce, discrétion, combat, magie, etc.


Enchantez vos armez et invoquez de puissantes créatures

À cela, s'ajoute la possibilité de prendre des cours avec des professeurs ou de progresser en lisant certains manuscrits. De ce fait, il est intéressant de feuilleter tous les livres présents dans les différents bâtiments... Surtout pour ce qui concerne la magie. Car, l'un des points forts de "The Elder Scrolls III Morrowind", est la justement de pouvoir capturer des âmes dans des gemmes, d'enchanter divers objets ou de créer des sorts. Lors de notre test, nous nous sommes amusés à enchanter une dague afin qu'elle paralyse l'adversaire et lui inflige des dommages. Ceci est l'une des nombreuses fourberies faciles à créer dans Morrowind. Les invocations sont aussi plaisantes. Citons : le fantôme squelettique, l'Atronach de feu" (ou de glace), le "galopin" ou encore le "cadavre ambulant". Les plus curieux ne tarderont pas à quitter le premier village (Seyda Nihyn) afin d’explorer les alentours. Notamment, pour accomplir la première quête qui vous invite à vous rendre à "Balmora". C'est alors que vous découvrirez sur votre route (si vous vous y rendez à pied) un mage en lévitation qui s'écrasera lamentablement devant vous, juste après avoir lancé le "sort d’Icare". L'occasion pour votre personnage de récupérer toutes ses affaires (vêtements, chapeau, équipements...), y compris son précieux livre (estimé à 1000 pièces d'or !) À ce propos, dans "Morrowind", vous pouvez commercer en négociant les prix. Le système est plutôt bien fait et vous pouvez rapidement vous payer une armure lourde. Reste qu'il y a mieux que l'acier. Ce que vous découvrirez, après les premières heures de jeu, en vous protégeant avec une armure de « verre » ou "Daedrique".

Retour à Vivec et Balmora

La trame scénaristique est réussie et les quêtes - principales et annexes - nous laissent d'excellents souvenirs. Le sachant, si vous passez outre le côté "vétuste" des graphismes Xbox, l'immersion devrait vous plaire. D’autant plus que les environnements sont variés. Villes, villages, zones marécageuses, tombeaux, souterrains, forteresses... Les décors (intérieurs /extérieurs) laissaient déjà présager les bases d'Oblivion et de Skyrim. La Capitale "Vivec" mérite aussi le décours, comme la ville de Balmora avec ses canaux et ses Guildes ! Pour vous déplacer, il n'y a point de cheval (comme dans les derniers opus), mais vous pouvez tout de même vous "téléporter" via les services de certains marchands. La difficulté est dosée en fonction de la progression si bien que votre avatar, extrêmement faible en début de partie, peut mourir face à un misérable poisson. Si bien que le jeu nous tient en haleine. Plus encore lorsque l’on commence à collectionner les pièces d'armures ou à multiplier les missions des guildes...Et sans compter qu’en cas de crimes (vol, assassinat), les gardes se lancent aussitôt à votre poursuite. Bref, nous retrouvons des mécanismes connus qui sont toujours aussi appréciés avec les derniers épisodes de la saga. Le 3ème opus était nettement plus rudimentaire concernant le maniement du bouclier. Contrairement à Oblivion, qui a introduit un système de parade dynamique, Morrowind s'avère moins poussé. En résumé, si vous regrettez que "The Elder Scrolls VI" ne soit toujours pas annoncé par Bethesda Softworks et si vous considérez avoir fait le tour des deux derniers volets, nous vous recommandons de profiter de ces rétrocompatibilités.

Geek4Life
Graphismes : 13/20

Il n'est jamais évident de noter un jeu vidéo des années après sa sortie. Si, à l'époque, beaucoup lui avait décerné un 18/20 pour ses graphismes 3D immersifs, en 2018 - à l'heure de la 4K - c'est une autre histoire. Bien des joueurs risquent de grimacer en découvrant les textures fades, les modélisations 3D datées et la faible distance d’affichage, dissimulée par un épais brouillard... Pourtant, l'ambiance et le charme des lieux font de Morrowind un titre toujours plaisant. Certes, il faut accepter l'évolution technologique, mais une fois embarquée, on lui pardonne vite ses rides abyssales.

Gameplay & prise en main : 17/20

Pour de nombreux fans de la série, Morrowind est de loin le meilleur opus des "The Elder Scrolls". Effectivement, le gameplay est redoutable, avec un sentiment de liberté grisant ! Les quêtes sont nombreuses et l'exploration des différents lieux contribue à renouveler l'expérience. De notre point de vue, l'aspect "magie" et progression de l'avatar font de cet opus une référence. Malgré ses qualités, il faut accepter de perdre certaines améliorations de gameplay, comme l'utilisation du bouclier, introduit dans Oblivion. Reste que le bilan mérite les 15 € d'investissement. D’autant plus si vous n'y avez jamais joué.

Musique et bruitages : 18/20

Les musiques de "The Elder Scrolls III Morrowind" sont devenues cultes, dont le thème d'introduction de la saga, maintes fois reprise au piano ou à la guitare sur YouTube. C'est donc avec grand plaisir que nous repartons explorer cette région avec ses douces mélodies. Côté voix, la localisation VF est correcte, mais contrairement à Skyrim, tous les textes (et ils sont nombreux) ne sont pas doublés. Les bruitages sont sympas, mais pas aussi poussés que dans les jeux modernes. Le bilan est donc excellent au vu de l'âge de The Elder Scrolls III.

Durée de vie : 18/20

Les fans de la première heure le savent. : « The Elder Scrolls III » est un jeu chronophage et addictif. Entre l'exploration, les quêtes, les combats et la progression du personnage, les heures s'enchainent ! Malgré tout, certains joueurs auront bien du mal en 2018 à pardonner la piètre qualité visuelle qui était jugée excellente en 2002. Le sachant, seuls les plus réceptifs y passeront d'innombrables heures en épousant la cause des différentes guides.

Note : 16/20

Qu'il est dur de revoir à la baisse la note d'un jeu aussi mythique que The Elder Scrolls III Morrowind. Mais il faut se rendre à l'évidence. Le titre est toujours aussi bon et bénéficie d'éléments de gameplay encore redoutables. À l'inverse, même si les graphismes ne sont pas essentiels pour faire d'un jeu un chef-d’œuvre, le rendu visuel de 2002 pique sérieusement les yeux en 2018. Malgré les optimisations visuelles, les textures fades, une modélisation 3D minimaliste et, plus encore, la faible distance d'affichage, risquent de faire fuir bien des joueurs... Pourtant, si vous attendez impatiemment « The Elder Scrolls VI » et si n'avez joué qu'à Oblivion et Skyrim, « The Elder Scrolls III » mérite le détour ! Il est même reconnu comme étant le meilleur épisode de la saga. Aussi, nous vous recommandons chaudement de visionner les vidéos et de passer outre ses faiblesses techniques pour vous lancer dans cette aventure mémorable. Un grand jeu que nous prenons plaisir à retrouver sur Xbox One !

L'avis des lecteurs :
Nous n'avons pas encore d'avis, partagez votre avis avec tous !
Pseudo :
Votre avis :
captcha* :
info utiles - Le Journal de la Next-Gen www.gamoniac.fr www.insert-coin.fr www.guglielmu.eu www.petitsjeux.fr whim.fr www.adam-et-ender.com
© 2018 Copyright "Geek4Life.fr". Tous droits réservés.
Tous les contenus du site Geek4life.fr sont protégés par les lois françaises et internationales du droit d'auteur. - Toute reproduction même pariel est interdite sans autorisation écrite du site.
- L'ensemble des marques cités et crédits photo sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs.