1508531422.jpg 1508531411.jpg 1508531403.jpg 1508531393.jpg 1508531361.jpg 1508531352.jpg 1508531337.jpg 1508531328.jpg 1508531313.jpg
Site partenaire callofduty
"Bethesda nous livre une suite diablement efficace qui prolonge les excellentes bases de “The Evil Within” (sorti en 2014). Plus riche et dynamique, avec l'ajout d'un monde semi-ouvert, le soft devrait plaire aux fans de jeux vidéo horrifiques façon Resident Evil"
Geek4Life
The Evil Within 2

"The Evil Within" nous avait impressionnés en 2014. Aujourd’hui, la nouvelle mouture de Bethesda Softworks progresse encore dans l'horreur pour le plus grand plaisir des joueurs les plus courageux. Fait certain : âme sensible s’abstenir !

Face à l'angoissant “Resident Evil 7” de Capcom, “The Evil Within 2” marque le retour du survival horror de Bethesda sur PC, PlayStation4 et Xbox ONE. Disponible depuis le 13 octobre dernier, cette seconde mouture – de Shinji Mikami, le créateur de la série Resident Evil - nous immerge une nouvelle fois sous les traits de Sebastian Castellanons. Un ancien inspecteur de police, victime de troubles psychologiques (suite à une cauchemardesque visite en asile psychiatrique) et qu’on sait en quête de sa fille Lily, mystérieusement disparue… Or voilà qu’on apprend d’entrée, dans ce nouvel opus, qu’elle est toujours vivante. Aux mains de “Mobius”, une organisation secrète capable, grâce à une technologie d'avant-garde (le Stem) de connecter les humains entre eux. Pour sortir sa fille des griffes de « Mobius », Sebastian va devoir se brancher au réseau “Stem”, arpenter les rues de la ville (l’Union) qui abrite des hordes de créatures maléfiques, afin d’entrer en contact avec l'esprit de sa fille. L’exploration ne sera pas de tout repos... Heureusement, avec l'aide de “Kidman”, son ancienne partenaire, notre héros peut rester en lien quasi permanent avec la réalité. Côté réalisation, les possesseurs du premier opus apprécieront le saut qualitatif indéniable. La version Xbox ONE qui a servi au test nous a impressionnés avec ses graphismes HD. Textures soignées, modélisations 3D détaillées, effets d'ombres et de lumières inquiétants au possible... À l’inverse, certains protagonistes manquent de finesse pour une production 2017. Heureusement, la mise en scène joue un rôle essentiel et nous fait vite oublier ces défauts. De plus, on apprécie le rythme davantage soutenu qui nous fait enchaîner les missions.

Immersion dans un monde oppressant...

Après une introduction plutôt glauque, le jeu plante le décor avec une once de folie qui donne le “La”. La prise en main est intuitive et l’on apprécie de sentir rapidement la pression monter. À ce propos, attendez-vous à vous faire rapidement courser par une créature surnaturelle (peu ragoûtante) qui empoigne en prime une imposante scie circulaire... Comme vous vous en doutez, il va falloir courir pour ne pas finir en charpie. Les fans du premier opus retrouveront l'esprit du fameux boss avec la tronçonneuse. La suite est du même niveau, avec une progression dynamique qui joue avec nos nerfs et l’envie, en même temps, de progresser dans le scénario. Contrairement au premier opus, “The Evil Within 2” se révèle nettement moins linéaire. Notamment grâce à la ville qui se visite de façon “semi-ouverte” et permet de collecter du matériel. Les zones sombres et sinistres ne manquent pas... Si les améliorations sont indéniables, la présence de murs invisibles devrait faire grincer des dents plus d'un joueur.... Dommage, car ce type de “garde-fou” n'est jamais bien perçu ! Reste que, dans l’ensemble, l'efficacité du jeu confirme le potentiel de la série et s'inspire autant de l'esprit de “The Last of Us” que des illustres “Silent Hill” et “Resisent Evil”. Côté difficultés, la progression est relativement bien dosée et l’on apprécie de pouvoir choisir son niveau en début de partie. La prise en main est également intuitive pour qui aime les jeux d'action à la troisième personne. Les interactions avec l’environnent fonctionnent parfaitement et l'on oublie vite les commandes pour s'immerger pleinement dans cet univers cauchemardesque à réserver naturellement à un public adulte (PEGI 18+). Attention à ceux qui ne tiennent pas compte du pictogramme, car avec “The Evil Within 2” on ne fait pas dans la demi-mesure. Violence, flots d'hémoglobine, vocabulaire fleuri, ambiance malsaine... le jeu n'est clairement pas à mettre entre toutes les mains. Pour conclure, les amateurs de “survival horror” ne seront pas déçus. Le jeu de Bethesda a tous les ingrédients pour s'imposer comme une alternative aux classiques du genre. On pense en particulier aux Boss et à la tension savamment exercée sur le joueur afin de le captiver et de le pousser à poursuivre l'aventure au fil des “mauvaises rencontres”. Sans doute parce que les mécanismes de jeu s'appuient sur une recette assez classique et qu’il est sympathique de pouvoir évoluer discrètement – en mode furtif – et de créer ses munitions…

Geek4Life
Graphismes : 16/20

Si, dans l'ensemble, “The Evil Within 2” est une réussite sur le plan artistique et qu’il bénéficie d'une ambiance horrifique envoûtante, tout n'est pas irréprochable techniquement. Il faut compter avec la présence de bugs de collision, des modélisations de personnages et une animation un peu datée pour une sortie fin 2017. Reste que si vous aimez les jeux glauques et l'esprit du premier opus, vous passerez rapidement outre ces quelques défauts.

Gameplay & prise en main : 17/20

Le saut qualitatif est indéniable depuis le premier volet ! Plus riche, dynamique et doté d'un scénario mieux construit, “The Evil Within 2” rivalise avec les classiques du genre. La prise en main est intuitive et utilise des codes connus de tous avec une difficulté bien dosée. Ce qui devrait plaire autant aux néophytes qu'aux inconditionnels du genre. Dommage, en revanche, que l'intelligence artificielle ne soit pas toujours irréprochable.

Musique et bruitages : 16/20

Clé de voûte de tout jeu d'ambiance, la bande-son contribue activement à nous stresser et à cultiver le côté glauque de la série. Voix, bruitages et musiques sont en phase avec nos attentes. Notez, cependant, que la synchronisation labiale n'est pas digne d'une telle production. Dommage.

Durée de vie : 16/20

Grâce aux missions principales et secondaires, la collecte d'items et les améliorations de notre héros, il y a de quoi s'occuper. Certes, il faut être réceptif à l'ambiance oppressante pour aller jusqu'au générique de fin mais, pour qui aime les « survival horror », ce second volet est une franche réussite. Comptez un peu moins de 20 heures pour le terminer.

Note : 17/20

Bethesda nous livre une suite diablement efficace qui prolonge les excellentes bases de “The Evil Within” (sorti en 2014). Plus riche et dynamique, avec l'ajout d'un monde semi-ouvert, le soft devrait plaire aux fans de jeux vidéo horrifiques façon “Resident Evil”. À ce propos, ce n'est autre que Shinji Mikami - à l'origine du best-seller de Capcom – qui a concocté cet univers sombre et horrifique. La recette fait mouche, même si elle ne sera pas clairement du goût de tous. Côté violence et contenus matures, le jeu ne fait pas dans la demi-mesure. Nous vous recommandons vivement de respecter la norme PEGI 18+. Enfin, il faut savoir que tout n'est pas irréprochable avec « The Evil Within 2 » (voir la modélisation des personnages, l’intelligence artificielle et les bugs de collision...) mais, pour peu que l'on adhère à son ambiance effroyable, qu’il est difficile de lâcher la manette !

L'avis des lecteurs :
Le lundi 23 octobre 12:20
J'ai guetté la sortie de ce jeu depuis son annonce ! Je l'ai acheté, mais je n'ai pas encore trouvé le temps d'y jouer, lol. J'espère pouvoir le faire pendant mes vacances.
Mélanie
Le mercredi 08 novembre 12:05
Je le trouve mieux que le premier, il faut grave flipper
Aktarus
Pseudo :
Votre avis :
captcha* :
info utiles - Le Journal de la Next-Gen www.gamoniac.fr www.insert-coin.fr www.guglielmu.eu www.petitsjeux.fr whim.fr www.adam-et-ender.com
© 2017 Copyright "Geek4Life.fr". Tous droits réservés.
Tous les contenus du site Geek4life.fr sont protégés par les lois françaises et internationales du droit d'auteur. - Toute reproduction même pariel est interdite sans autorisation écrite du site.
- L'ensemble des marques cités et crédits photo sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs.